Publié le Lundi 16 Septembre 2013 à

Régions > Huy-Waremme > Actualité

Huy: il se dit victime d'une erreur médicale mais perd son procès en justice

N.B.

André Legaz est aux prises avec la justice depuis des années. Ce Hutois s’est fait opérer en 1998 pour se faire retirer une épine calcanéenne dont il souffrait suite à la formation d’une excroissance osseuse au talon. Mais après 4 opérations, André est resté lourdement handicapé. Aujourd’hui, il ne peut plus marcher sans une béquille. Selon lui, c’est suite à des erreurs de deux de ses chirurgiens qu’il en est arrivé à cet état. Mais à la suite d’une longue procédure judiciaire, il a perdu. Il vient d’être débouté en appel.


«
Depuis l’opération, je suis lourdement handicapé
», affirme André.

N.B.

« Depuis l’opération, je suis lourdement handicapé », affirme André.

André Legaz est à bout de forces. Ce pensionné hutois n’en peut plus de se battre avec la justice. Depuis des années, il tente de faire reconnaître ce qu’il considère comme une erreur médicale, mais il a été débouté par la justice, en appel. «  J’ai été opéré en 1998. J’avais une épine calcanéenne au talon. J’avais un peu mal en marchant, j’ai donc été consulté un médecin et on m’a orienté vers un chirurgien du CHRH. Et j’ai été opéré ».

Selon André, la première opération ne s’est pas bien passée : «  Il y a eu un problème et j’ai dû repasser sur le billard trois fois de plus. Il y a eu des complications. Un autre chirurgien est intervenu. J’ai eu une artère sectionnée dans le pied. Et depuis, j’ai de gros soucis de circulation. Je ne marche plus très bien, j’ai besoin d’une béquille. Je suis reconnu comme lourdement handicapé ».

Son appel rejeté

Après tous ces rebondissements, André était convaincu que ses ennuis étaient dus à une erreur de son chirurgien. «  J’ai été voir un expert médical. Au départ, il a dit que la technique que le médecin avait choisie n’était pas habituelle et trop compliquée. Et puis, il a prétendu avoir retiré mon épine calcanéenne, alors que j’ai été réopéré pour me la faire enlever au CHU, par un bon chirurgien. Avec tous ces éléments, j’ai porté plainte et j’ai introduit une action en justice. Je pensais que mon dommage serait reconnu. Mais ça n’a pas été le cas. J’ai perdu devant le tribunal correctionnel et je viens d’apprendre que mon appel avait été rejeté  ».

Devant cette décision de justice, André est dans l’incompréhension la plus totale : «  C’est une véritable injustice et je veux que tout le monde le sache, même si j’ai perdu au tribunal  ».

Retrouvez le reportage complet dans la Meuse Huy-Waremme de ce lundi 16 septembre.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent