Publié le Lundi 30 Septembre 2013 à

Régions > Mons > Actualité

A Baudour, Quaregnon et Frameries: descentes de police chez quatre familles Becker

Rédaction en ligne

Lundi matin, une intervention musclée s’est déroulée simultanément à Frameries, à Quaregnon et en deux endroits à Baudour, chez différents membres de la famille Becker. Une cinquantaine de policiers de la police judiciaire fédérale, appuyée par la police judiciaire de Mons et par la zone boraine, sont intervenus à l’aube. A Baudour, quatre personnes ont été interpellées pour des faits de vol de coffre-fort et association de malfaiteurs. A Frameries, Laurent Becker a porté plainte pour violence.


Laurent Becker, à Frameries, affirme n’avoir aucun lien avec l’enquête et dénonce la brutalité de la perquisition.

Eric Ghislain

Laurent Becker, à Frameries, affirme n’avoir aucun lien avec l’enquête et dénonce la brutalité de la perquisition.

La police a frappé fort lundi matin, à Frameries, à Quaregnon et à Baudour. Une cinquantaine d’hommes armés, issus de la police judiciaire fédérale et appuyés par la police judiciaire de Mons ainsi que par les hommes de la zone boraine, ont procédé à plusieurs perquisitions dans différentes habitations de la famille Becker.

Une intervention musclée à l’initiative du parquet de Gand, où se sont déroulés des faits de vols dans le coffre-fort d’une habitation, pour lesquels Alexandre Becker est soupçonné. C’est d’ailleurs ce dernier que les policiers recherchaient activement hier. Ils l’ont interpellé dans l’une des maisons familiales de Baudour. Il n’a pas été le seul embarqué puisque Didier, Jean-René et Jean-Baptiste Becker l’ont accompagné en cellule.

On reproche également aux suspects de s’être fait passer pour de faux policiers afin de commettre un vol. «  Il s’agit donc de faits de vol de coffre-fort et d’association de malfaiteurs  », indique le porte-parole du parquet de Gand.

Au cours des différentes interventions, les enquêteurs affirment avoir été en butte à l’hostilité des membres de la famille.

«  Ils n’ont pas coopéré, au contraire, ils ont perturbé l’opération, une personne a d’ailleurs été interpellée pour rébellion  », nous précise-t-on. Michaël Laune, beau-fils de Laurent Becker, en visite chez ce dernier, rue de Jemappes à Frameries, a en effet été interpellé pour rébellion. L’homme a été relâché dans la journée. Samson Becker, fils de Laurent, a été emmené lui aussi par les forces de police. Auditionné, il a recouvré la liberté.

Cinq policiers de la zone boraine ont été blessés lors de l’intervention et deux policiers fédéraux ont été mordus par des chiens. «  Nous sommes arrivés là dans le but de mettre la main sur certains suspects. Nous les avons trouvés  », nous dit-on.

Ainsi, dans les jours qui viennent, quatre personnes doivent être présentées au parquet de Gand (Alexandre, Didier, Jean-René et Jean-Baptiste). En attendant, Laurent Becker a déposé une plainte pour violence contre les policiers qui sont intervenus chez lui.

Une enquête est ouverte pour faire la lumière, principalement, sur les faits de vols et d’association de malfaiteurs reprochés aux protagonistes. On ignore le butin du vol.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent