Publié le Jeudi 17 Octobre 2013 à

Actualité > Faits divers

Ces étudiants auraient pu sauver la victime d'un viol, ils ont préféré filmer le crime

Lv

Plusieurs jeunes de l’université de l’Ohio (États-Unis), ont posté des photos illustrant un couple en plein ébat sexuel sur les réseaux sociaux. S’ils croyaient assister à une relation consentante, la police locale les a avertis qu’ils venaient de capturer les images d’un… viol. La communauté universitaire est sous le choc : « c’est une honte, qu’ils n’aient pas aidé la victime ».

Alors qu’on aurait pu blâmer les étudiants pour ce geste abject, Tom Pyle, le chef de la police d’Athens, une ville de l’Ohio, ne peut retenir aucune charge contre eux. Leurs ignobles clichés l’ont aidé à appréhender le criminel.

Dimanche dernier, une étudiante signalait s’être fait violer entre 1h et 6h du matin dans une des rues du campus universitaire. Après avoir été entendu le prétendu violeur nie avoir abusé de la jeune étudiante. Selon lui, la jeune femme était consentante.

Au moment du crime, des étudiants croient surprendre un couple en train de faire l’amour contre la fenêtre d’une banque, peut-on lire dans l’Huffington Post. Voulant faire une mauvaise blague, ils filment l’acte et prennent plusieurs clichés qu’ils décident de poster sur la Toile.

La communauté universitaire est en émoi. « Comment la police a-t-elle pu relâcher ce criminel ? » se demande une étudiante outrée. « Ce n’est déjà pas facile pour les femmes de venir raconter leurs histoires » poursuit-elle.

D’autres universitaires sont également écœurés par le comportement des étudiants qui ont assisté à cette atrocité et qui ont préféré filmer les faits plutôt que de secourir la victime.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent