Publié le Lundi 4 Novembre 2013 à

Régions > Mons > Actualité

Colfontaine: Luciano D'Antonio se dit touché par les menaces sur ses proches

Rédaction en ligne

Nous vous l’annoncions en exclusivité dans notre édition du 18 octobre. Colfontaine a décidé de licencier ses 32 femmes de ménage pour faire appel à la société privée Laurenty. La nouvelle a provoqué un tollé général et déclenché une fronde syndicale. Le climat est tendu. Le bourgmestre Luciano D’Antonio est plus que chahuté. Il s’explique dans l’interview politique de ce lundi.


Luciano D’Antonio, pris dans la tourmente.

E. G.

Luciano D’Antonio, pris dans la tourmente.

Nous vous l’annoncions en exclusivité dans notre édition du 18 octobre. Colfontaine a décidé de licencier ses 32 femmes de ménage pour faire appel à la société privée Laurenty. Le bourgmestre Luciano D’Antonio est plus que chahuté.

Lorsqu’on lui demande comment il va dans le contexte que l’on connaît, le boursmetre répond directement qu’il est «touché au plus profond de son âme». Il ajoute: «les insultes que j’ai subies en salle du conseil, mardi, les menaces envers ma femme et mon fils ne sont pas utiles. Que l’on pilonne le bourgmestre, j’assume, mais qu’on ne menace pas ma famille. Je suis quelqu’un qui assume ses décisions, même les mesures non populaires. Et dans ce cas-ci, la première condition était de ne pas jeter ces travailleuses à la rue

Concernant le choix de licencier les femmes de ménage, il précise: «le gaz et l’électricité à la piscine coûtent entre 10.000 et 12.000 euros par mois. Je supprime la piscine ? Nous avons un accueil extrascolaire, de la petite enfance avec du personnel et des bâtiments. Je supprime ça ? Nous avons étudié toutes les pistes. Ici, on allait récupérer plus ou moins 400.000 euros sans gros drame puisque les travailleuses en question étaient reprises par le privé, avec un CDI pour tout le monde, même si elles ont moins d’heures

Jeudi s’est tenue la première réunion du groupe de travail. Syndicats et commune se sont remis à la table des négociations. «D’un commun accord, dans l’intérêt de tout le monde, nous avons décidé de ne pas dévoiler ce qui s’était dit. La prochaine réunion aura lieu le 7 novembre

Retrouvez l’intégralité de cette interview dans l’édition de ce lundi.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent