Publié le Jeudi 7 Novembre 2013 à

Régions > Namur > Sports

Dopage: les clubs amateurs tremblent et risquent entre 1.000 et 10.000 euros d'amende

Rédaction en ligne

La semaine dernière, la cellule de lutte contre le dopage en Communauté Française a envoyé une lettre aux fédérations sportives. L’objet : rappeler la législation qui encadre les contrôles antidopage. Une piqûre de rappel qui a fait trembler les clubs amateurs, y compris dans le Namurois. Ils risquent entre 1.000 et 10.000 euros d’amende s’ils ne disposent pas d’un local réservé uniquement aux contrôles antidopage.

En termes de lutte contre le dopage, nos clubs amateurs, notamment dans la région namuroise, ont plutôt la vie facile. Rares sont les descentes des agents de la cellule dans nos buvettes provinciales ou régionales.

1 Un récent rappel de la législation en vigueur

Pourtant, la semaine dernière, une lettre signée par les responsables de cette même cellule a fait trembler la plupart des directions de nos petits clubs. Pas de cas de dopage. Mais bien un rappel de la législation en vigueur depuis 2011. Le décret wallon stipule que n’importe quel club est dans l’obligation d’accueillir les agents dans un local uniquement réservé aux contrôles antidopage. Cependant, si on ne respecte pas les règles, l’amende est plutôt salée : entre 1.000 et 10.000 euros. Une somme qui obligerait sans doute beaucoup d’entités amateurs à mettre la clé sous la porte.

2 La réaction des clubs de football dans le Namurois

A notre connaissance, peu de clubs peuvent mettre à disposition un local spécifique destiné aux contrôles antidopage, notamment en football. Une affirmation confirmée quand on interroge les responsables de club. Exemple à Thy-le-Château, club de village dont l’équipe première milite en P3B Namur. «  J’ai reçu la lettre par mail voici quelques jours », explique le Correspondant qualifié Ludwig Dagnelie. «  On nous demande de dédier une pièce uniquement aux contrôles antidopage, mais ce n’est pas possible pour nous. Il faut notamment une table, des chaises, une poubelle et un lavabo. On n’a déjà pas de vestiaire avec un lavabo. »

Plus d’infos dans votre journal de ce jeudi

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent