Publié le Mardi 19 Novembre 2013 à

Régions > Mons > Actualité

Blaugies/ Ghlin: Un avocat consulté pour débloquer l'enquête sur la disparition de Philippe Brion

Rédaction en ligne

M. Brion est toujours porté disparu. Après avoir retrouvé son véhicule le long de la Darse jeudi, des plongées avaient été effectuées pour sonder l’eau. Cependant, les recherches ont dû être interrompues. En effet, les pompiers n’ont pas les moyens de sonder les 25.000m2 de la Darse. Un avocat a été consulté par un ami proche et par les parents du disparu pour débloquer l’enquête.


Philippe Brion, porté disparu depuis mercredi, reste introuvable

COM

Philippe Brion, porté disparu depuis mercredi, reste introuvable

Philippe Brion, 41 ans, de Blaugies, n’a plus donné signe de vie depuis mercredi soir. Jeudi, la police a découvert sa Mercedes, vide, sur la darse sud de Ghlin. Depuis, aucune piste n’est écartée… fugue, agression ou suicide.

Vendredi, les pompiers avaient sondé la Darse, sans succès. Le parquet avait annoncé qu’ils continueraient à le faire lundi mais, finalement, personne n’est venu sur les lieux. «  Nous n’avons pas reçu de demande du procureur du roi pour continuer. Il faut dire que nous ne sommes pas équipés pour sonder la Darse complètement et rapidement. Cela représente 25.000m 2   ! », nous explique le lieutenant Vanderdonckt. Les pompiers ont expliqué le souci au parquet en espérant qu’un soutien logistique plus grand pourrait être apporté par la protection civile ou la police fédérale.

Voyant que les choses semblaient stagner, l’ex-employeur de M. Brion, qui est aussi un ami proche, a demandé conseil à un avocat. «  J’ai eu de grosses difficultés ce matin à avoir des infos. Heureusement, Maître Dieu a fait le nécessaire et les choses commencent à bouger. La cellule d’aide aux victimes n’avait même pas encore été mise en route  », regrette M. Bievelez.

Il nous explique qu’un problème de communication entre polices des Hauts-Pays et de Mons-Quévy aurait ralenti le processus. «  Ils ont reçu la famille aujourd’hui. Ça veut quand même dire que l’enquête est en cours mais il y a un minimum ! Les parents de Philippe n’ont que lui dans leur vie et ils n’ont pas encore eu le moindre soutien  », ajoute-t-il. Comme d’autres proches, il est choqué que les plongées ne continuent pas.

«  Les plongeurs ne seront pas disponibles avant mercredi pour organiser de nouvelles fouilles. L’enquête a commencé à la zone de police des Hauts-Pays. Après, certains devoirs ont été faits par la zone de Mons-Quévy. Il y a eu un problème de transmission d’informations entre les zones mais c’est arrangé  », nous a précisé Vincent Dieu, l’avocat consulté par les parents de M. Brion et par M. Bievelez.

Pour le moment, aucune thèse n’est favorisée. Les appels du disparu sont en train d’être retracés et l’enquête continue.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent