Publié le Samedi 7 Décembre 2013 à

Régions > Centre > Actualité

Manage: la mobilisation se poursuit contre l'expulsion de la famille d'Azat Umurzakov

Jean-Paul Cailleaux

Azat Umurzakov et sa famille ne sont toujours pas fixés sur leur sort. Visés par un ordre de quitter le territoire depuis le 16 novembre, ils tentent toujours d’infléchir la décision d’expulsion prise à leur encontre par l’Office des Étrangers. Face à l’incertitude et à la peur de devoir retourner dans un pays où ils sont menacés, ils tentent toujours de faire valoir leurs droits. Heureusement, ils ne sont pas seuls.


Azat (à dr.), et sa famille, peuvent compter sur un beau comité de soutien.

JPC

Azat (à dr.), et sa famille, peuvent compter sur un beau comité de soutien.

Dès le 16 novembre ils ont pu réunir autour d’eux un véritable comité de soutien. L’employeur d’Azat (Alysse Food), a manifesté sa volonté de le garder à son service et de renouveler un contrat d’emploi (qu’il a fallu rompre suite au refus de renouvellement du permis de travail), ses collègues de travail se sont exprimés en sa faveur. Dans l’école des enfants, professeurs, direction et élèves se sont aussi mobilisés et ont exprimé leur opposition à une expulsion. Le bourgmestre de Manage a clairement pris position pour que la famille Umurzakov « bien intégrée », puisse rester dans la ville. Pour Pascal Hoyaux en effet, « cette famille ne mérite pas ce qui lui arrive ». Les associations et personnes membres de la plate-forme « Marche des migrants » s’est également mobilisée et continue à le faire. Une pétition a été mise en circulation et a déjà recueilli 750 signatures contre cette mesure d’expulsion. Elle sera transmise au premier ministre, M. Elio Di Rupo et à la secrétaire d’état à l’Asile et l’Immigration que les responsables de la plate-forme espèrent pouvoir rencontrer.

En attendant...

La mobilisation se poursuit puisque la plate-forme « Marche des Migrants » a décidé de se saisir de ce triste cas pour conscientiser les autorités politiques locales, les présidents de CPAS à un problème qui est loin d’être un cas isolé et illustre autant les incohérences d’un système que les failles d’une politique et de ceux chargés de la mettre en œuvre. Car dans le cas présent, Azat et sa famille ressortent bien des clauses définies par la convention de Genève pour obtenir un droit d’asile. Or, au vu de l’évolution de la politique du droit d’asile, la Plate-forme s’inquiète de la valeur que peut encore avoir cette Convention protégeant les Droits de l’homme, et de son respect de plus en plus limité par des pays démocratiques comme le nôtre…

M. Azat ayant perdu son travail, donc ses revenus et les moyens de subsistance de sa famille, la plate-forme demande au CPAS manageois de trouver une solution pour continuer à pouvoir fournir une aide sociale aux Umurzakov. Une demande qui s’inscrit aussi dans leur volonté de sensibiliser les autorités à la nécessité de fournir une aide sociale à tous les migrants et sans-papiers en attente d’une régularisation. Un sujet qui induit aussi, selon les responsables de la plate-forme, une indispensable loi de refinancement des CPAS…

En attendant, ce comité de soutien a ouvert une souscription pour venir en aide à la famille kirghize de Manage. Les dons peuvent être versés au compte « Plate-forme Marche des Migrants » BE15 001-7116853-39. Un compte qui sera alimenté aussi par les recettes attendues du spoer solidaire organisé le 18 décembre au Scailmont à Manage (voir ci-contre).

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent