Publié le Lundi 9 Décembre 2013 à

Régions > Brabant wallon > Sports

Foot (D.2) : les finances de Tubize sont au plus mal

Rédaction en ligne

Tubize a gagné 1-2 à Boussu-Dour. De ce point de vue-là, tout le monde est content. Mais ces nouveaux trois points à l’extérieur sont un peu l’arbre qui cache la forêt. Du moins, qui cachait. Car les problèmes financiers de l’AFC ont été révélés au grand jour samedi après le match à Boussu. Même si le président Langendries réfute l’information, Dante Brogno, appuyé par un joueur, a déclaré que les Tubiziens n’étaient plus payés depuis deux mois.

Philippe Liard (en jaune) a botté le coup-franc qui a amené le deuxième but des Sang et Or.

Ghislain.

Philippe Liard (en jaune) a botté le coup-franc qui a amené le deuxième but des Sang et Or.

Dante Brogno a lancé un gros pavé dans la mare samedi soir. Lors de l’interview d’après match, le coach carolo a été très bref dans l’évocation de la victoire de ses troupes. Il en a surpris plus d’un en mentionnant davantage les problèmes d’argent de l’AFC Tubize. «  Comme face à Westerlo, j’ai trouvé un groupe très courageux contre Boussu-Dour. Vu les circonstances extra-sportives, c’est ça que je veux souligner. J’ai horreur de parler de ça. Mais le club commence vraiment à avoir des soucis d’ordre financier. Ça ne peut plus durer », explique l’ancien Zèbre.

Ces soucis perdurent depuis exactement deux mois. Le dernier salaire que les joueurs du noyau A auraient perçu, c’était celui de septembre. Pour octobre et novembre, pas un rond. «  On espère que les semaines prochaines seront plus positives à ce niveau-là. Les garçons ont besoin de leur salaire pour vivre, tout simplement », ajoute-t-il, dépité.

Un groupe au bord de l’implosion

Dans l’équipe première, les joueurs commencent à la trouver vraiment mauvaise. L’absence d’Hervé Onana en dit long. Légèrement touché à la cheville, le Camerounais aurait pu jouer s’il avait mordu sur sa chique. Mais vu le contexte très délicat, il a fait l’impasse. Jusqu’à présent, c’est le seul élément du groupe à avoir craqué par rapport à la situation. Quant aux autres, ils ont décidé de jouer. «  S’il y avait eu encore un mois de compétition, on aurait sûrement essayé de faire bouger les choses », explique un élément tubizien. «  Là il ne nous reste qu’un match puis ce sont les fêtes et les vacances. Il n’y aura personne au club donc rien ne risque de changer. Malheureusement », ajoute-t-il. «  Le pire dans tout ça, c’est qu’on n’a aucune nouvelle. Tout le monde fuit. Chercher à voir notre manager ou le président, c’est impossible pour le moment. Si au moins ils essayaient de nous rassurer… »

Les deux dernières prestations des Sang et Or prouvent que les joueurs sont extrêmement solidaires dans la difficulté. Mais jusque quand cela va-t-il durer ? Il ne reste plus qu’un match de championnat en 2013, puis c’est la trêve. Et le mercato. «  Honnêtement, un départ en janvier trotte dans la tête de certains joueurs. Chaque joueur a une vie, des enfants, des emprunts à payer. Puis la Noël arrive. On a envie de faire de beaux cadeaux pour les fêtes. Seulement on ne peut pas. Certains joueurs sont dans le rouge financièrement. Personne ne peut se permettre de rester dans un club qui ne paye pas. Puis même si la situation s’améliore, qui nous dit que ce ne sera pas la même chose en mars avril ? », poursuit-il. «  Les gens qui s’occupent de moi me disent que certains clubs me portent de l’intérêt. Quitter Tubize, ça me traverse l’esprit oui.  »

L’an dernier, un joueur Sang et Or s’était plaint de toucher son salaire en retard à pareille époque. «  Avoir sa paye une ou deux semaines après la date prévue, on voit ça dans pas mal de clubs. C’est un peu normal. Je l’ai vécu auparavant. À Tubize aussi ça se passait comme ça. Mais tout rentrait toujours dans l’ordre. De ce point de vue, ils ont toujours été réglos. Mais là, personne ne l’a vu venir. Je prends ça vraiment comme un coup de poignard dans le dos », conclut-il.

La réaction du président

Avant le match contre Westerlo, le président Langendries avait fait une brève déclaration aux joueurs, certifiant que les choses allaient bouger. Force est de constater que ce n’est pas le cas. «  C’est faux de dire qu’ils n’ont plus été payés depuis deux mois  », explique Raymond Langendries. «  Normalement, ils doivent avoir perçu leur mois d’octobre. Ce retard d’une trentaine de jours, ça arrive de temps en temps. Beaucoup de clubs de D.2 ont des périodes délicates pendant l’année. Nous, c’est maintenant. Il n’y a rien d’alarmant. Quant à la communication, je n’ai rien à ajouter. Je ne vais pas commencer à mettre sur la place publique des choses qui ne concernent le club qu’en interne. »

Il va falloir trouver les solutions assez rapidement. Des investisseurs ? Des nouveaux sponsors ? Ou tout simplement dégraisser le noyau ?

Pour connaître le résumé du match et les bulletins des joueurs, rendez-vous dans votre Capitale BW de ce lundi.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent