Publié le Jeudi 16 Janvier 2014 à

Régions > Tournai > Actualité

Péruwelz: on jette vraiment de tout dans les cimetières, mais gare à l'amende de 350 euros

Rédaction en ligne

Difficile de les rater ! À l’entrée des cimetières de l’entité de Péruwelz, 12 panneaux d’un rouge vif qui ne passe pas inaperçu, mettent désormais en garde les habitants : un abandon de déchets dans les conteneurs non prévus à cet effet peut coûter cher, jusqu’à 350 euros. Une politique répressive motivée par la multiplication des dépôts sauvages.


On trouve n’importe quoi dans les conteneurs des cimetières. Le risque
? Une amende de 350 euros.

D.R.

On trouve n’importe quoi dans les conteneurs des cimetières. Le risque ? Une amende de 350 euros.

Lundi, à Péruwelz, mauvaise surprise pour les équipes des espaces verts qui, à l’entrée du cimetière, tombent nez à nez avec un monceau d’immondices, abandonnées dans les bacs normalement réservés aux plantes mortes et pots de fleurs des tombes. «  On trouve vraiment n’importe quoi dans ces bacs », regrette la responsable de la cellule de prévention, Catherine Homerin. «  Cette fois, il s’agissait de vieilles cassettes vidéo VHS, de poupées, de jeux d’enfants et de machines à lessiver. Le conteneur est littéralement encombré par tout un tas de choses qui n’ont rien à y faire  ».

Et ce phénomène tend à se multiplier dans les différents cimetières de l’entité. Quatre en particulier sont plus touchés que les autres : Bon-Secours, Brasmenil, Baugnies et Roucourt. «  On y retrouve régulièrement de gros dépôts de déchets  », confirme la responsable. Et la Ville de Péruwelz ne manifeste aucune indulgence à l’égard des contrevenants qu’elle parvient à identifier : «  L’amende peut, en effet, atteindre le montant de 350 euros depuis le 1 er  janvier 2014 et la révision des sanctions administratives  », confirme Catherine Homerin. Une addition salée destinée surtout à dissuader ce genre de comportement incivique. «  D’ailleurs, le montant est graduel en fonction d’une série de critères  », ajoute la responsable. «  Si la personne manifeste une certaine prise de conscience, si au contraire il s’agit d’une récidive ou encore en fonction du volume des déchets abandonnés  ».

Et les agents ne ménagent pas leur peine pour identifier les pollueurs… «  Dans certains cas, c’est très compliqué  », précise Catherine Homerin. «  Mais souvent, on retrouve une publicité avec le nom de la personne ou une enveloppe  ».

Toutefois, ce qui avait surtout frappé la responsable de la cellule de prévention, c’est que certaines personnes prenaient sincèrement les bacs à l’entrée du cimetière pour un conteneur à destination du public. «  C’est la raison pour laquelle nous avons apposé des panneaux rouges, bien visibles, pour que plus personne ne puisse dire qu’il ignorait mal faire  », ajoute Catherine Homerin.

Douze panneaux mettent désormais en garde les visiteurs des cimetières : les bacs sont bien réservés aux déchets (plantes et pots) qui proviennent des tombes. Le résultat d’une première action menée en partenariat avec la zone de police de Péruwelz-Bernissart et la cellule des espaces verts de la ville. 39 autres actions coups de poing devraient suivre (lire ci-contre) avec, chaque fois, un objectif commun : préserver le cadre de vie des Péruwelziens et veiller à ce que tout le monde le respecte, de gré ou… de force !

S. Courcelle

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent