1

Univers > Foot > Foot belge

Affaire des matches truqués: le coup d'envoi du procès sera donné lundi

Belga |

Publié le Jeudi 30 Janvier 2014 à

Archives Belga

Après de nombreuses années d’instruction et d’enquête, le procès des personnes impliquées dans le scandale des matches truqués va enfin débuter. Sans Zheyun Ye, qui a disparu depuis plusieurs années maintenant.

Le procès concernant la fraude dans le monde du football belge entre 2004 et 2006 s’ouvrira lundi devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. Trente et une personnes, dont d’anciens dirigeants et joueurs ainsi qu’une société luxembourgeoise, sont poursuivies pour corruption privée, participation à une organisation criminelle, blanchiment et chantage. Zheyun Ye, personnage-clé du dossier, ne comparaîtra pas devant le tribunal car il a disparu des radars de la police depuis plusieurs années.

Les faits remontent aux saisons 2004-2005 et 2005-2006. Après avoir investi dans le club du Lierse, l’homme d’affaires chinois Zheyun Ye a tenté de corrompre des joueurs de première et deuxième divisions. Il a «acheté» plusieurs matches de son club mais également de La Louvière et de Geel. D’autres joueurs, de Saint-Trond et du FC Brussels entre autres, s’étaient aussi laissés séduire par d’importantes sommes d’argent.

Le scandale a éclaté en 2006, notamment grâce à l’enquête de l’émission flamande «Panorama» (VRT) intitulée «De tackle van de maffia». D’après ses auteurs, des montants importants étaient misés sur le championnat belge depuis la Chine, alimentant les réseaux criminels impliqués dans les paris sportifs. Plusieurs protagonistes du dossier, dont l’ancien entraîneur du Lierse Paul Put, sont plus tard passés aux aveux.

A l’issue de nombreuses étapes et péripéties judiciaires, la chambre du conseil de Bruxelles a finalement renvoyé, en octobre 2012, 31 personnes mais également une société privée luxembourgeoise devant le tribunal correctionnel de Bruxelles. De nombreuses personnalités du football belge figurent sur la longue liste de prévenus, dont Gilbert Bodart, l’ancien entraîneur de La Louvière, son ancien président Filippo Gaone, l’agent de joueurs Pietro Allatta ainsi que les anciens joueurs Olivier Suray, Cliff Mardulier, Laurent Fassotte et Marius Mitu.

Le 13 septembre dernier, lors de la séance d’introduction du procès qui s’ouvre lundi, le président du tribunal correctionnel de Bruxelles a programmé un calendrier serré pour éviter la prescription, encore difficile à déterminer précisément à cause de l’ampleur et de la complexité du dossier. Plusieurs audiences par semaine sont prévues durant le mois de février, en matinée et l’après-midi.

Lors du procès, l’Union belge de football réclamera des dommages et intérêts pour atteinte à l’image et à l’intégrité du sport. «Aucun montant n’est arrêté pour le moment», précise Me Audry Stevenard. «Mais nous insisterons sur le fait que l’Union belge a subi un dommage moral et d’image vis-à-vis du public.» La Pro League et plusieurs clubs belges, dont le Lierse, se sont également portés parties civiles. Anderlecht réclamera par exemple la culpabilité de Marius Mitu, transféré du Lierse à Anderlecht en 2005 avant d’être licencié quelques mois plus tard.

L’avocat de Paul Put, Me Kris Masson, indique que son client a subi une forte pression de l’actionnaire principal du club, Zheyun Ye, pour commettre les faits. Il souhaite que l’ancien entraîneur du Lierse bénéficie d’une «seconde chance» à l’issue du procès car Paul Put serait confronté à une interdiction implicite de travailler en Belgique. «Aucun club ne veut négocier avec lui», regrette Me Masson.

L’introuvable Zheyun Ye, lui, ne sera pas représenté par un avocat lors du procès devant le tribunal correctionnel de Bruxelles.