4

Univers > Foot > Foot belge

Affaire des matches truqués: les représentants de la direction du Lierse et de Geel plaident l'acquittement

Belga |

Publié le Jeudi 13 Février 2014 à

Prétexte Photo News/Marc Gysens

Les avocats de Bruno Belmans, le manager de Geel, et de Christiaan De Nyn, le conseil du Lierse au moment où l’homme d’affaires chinois Zehyun Ye s’est rapproché et a investi dans le club de Lier, ont tous deux plaidé l’acquittement de leur client jeudi matin devant le tribunal correctionnel de Bruxelles où se déroule le procès.

Bruno Belmans est poursuivi dans ce dossier pour corruption, escroquerie, participation à une organisation criminelle et association de malfaiteurs. Le ministère public lui reproche notamment d’avoir contacté ou fait contacter deux joueurs de Waasland peu avant l’affrontement entre ce dernier club et Geel dans le cadre du tour final de D2 en mai 2005. Si le manager reconnaît bien que les contacts avec les deux joueurs ont eu lieu à un moment inopportun -et c’est d’ailleurs à ce titre que l’Union belge de football infligera une suspension de trois ans à M. Belmans –, il conteste en revanche toutes ces préventions.

La direction de Geel a mené des négociations avec Zehyun Ye, qui se proposait d’investir dans le club, et avec l’agent de joueurs Pietro Allatta, également en mai 2005. « Dès que la direction s’est rendu compte que M. Ye était un mêle-tout et qu’il voulait avoir son mot à dire sur la gestion sportive, elle a mis fin à la collaboration », rappelle Me Dimitri de Béco, le représentant de Bruno Belmans, insistant sur le fait que Geel est le seul club à ne pas avoir reçu un euro du Chinois.

L’avocat du manager a plaidé devant le tribunal une simple déclaration de culpabilité ou, à défaut, une suspension du prononcé en faveur de son client.

200.000 euros de la part de Zehyun Ye pour le Lierse

Une demande de suspension du prononcé qu’a également formulée à titre subsidiaire la défense de Christiaan De Nyn, l’avocat du Lierse, dans le cas où le tribunal ne rejoindrait pas les demandes de Me Filiep Deruyck. Celui-ci a plaidé l’acquittement de son client pour les préventions de faux en écriture et d’abus de confiance (le ministère public ayant requis l’acquittement pour cette dernière prévention, NDLR). Il en a fait de même concernant le blanchiment dont est suspecté M. De Nyn pour avoir notamment reçu 200.000 euros en cash de l’homme d’affaires chinois. « Lorsque cette somme lui a été remise, Zehyun Ye était accompagné de son avocat et d’un banquier, ce qui a assuré à mon client l’origine licite des fonds. Et cet avocat et ce banquier n’ont jamais été entendus », a regretté Me Deruyck.

L’avocat de Christiaan De Nyn a été l’un des seuls jeudi matin à ne pas invoquer l’argument du dépassement du délai raisonnable.

L’avocat de l’agent Frédéric Avellino évoque « le manque de maturité » de son client

La défense du manager de Geel a en effet demandé au tribunal d’y être attentif. Elle a été rejointe en ce sens par Marc Preumont, l’avocat de Frédéric Avellino, un agent de joueurs qui connaît Pietro Allatta et à qui l’on reproche, entre autres, d’avoir contacté à la demande de Zehyun Ye deux joueurs pour leur proposer de lever le pied lors de leur prochaine rencontre.

M. Avellino, âgé de 28 ans au moment des faits, devait recevoir 5.000 euros si les joueurs s’exécutaient. Il reconnaît avoir tenté de corrompre les deux joueurs. « Mais il n’a pas été pris au sérieux. On a affaire à un gamin ici, Monsieur le président… », a déclaré Me Preumont, évoquant « la bêtise » et le manque de maturité de son client au moment des faits.

N’ayant pas reçu les 5.000 euros du Chinois, l’agent de joueurs a ensuite menacé Paul Put, l’entraîneur du Lierse, pour récupérer cette somme. Raison pour laquelle il est poursuivi pour tentative d’extorsion, ce qu’il ne conteste pas non plus. M. Avellino s’oppose en revanche aux préventions d’escroquerie, de participation à une organisation criminelle et d’association de malfaiteurs.

Me Preumont a demandé au tribunal une simple déclaration de culpabilité et, à défaut, une suspension du prononcé.

Le procès se poursuivra lundi matin avec la plaidoirie de l’avocat de Patrick Deman, l’entraîneur adjoint du Lierse lorsque des matches du club flandrien ont été manipulés.