Publié le Lundi 17 Février 2014 à

Régions > Mons > Actualité

Mons: des familles de victimes rendent hommage à leurs proches tués dans l'accident de Buizingen

Belga

Les familles de victimes de la catastrophe ferroviaire de Buizingen ont rendu hommage à leurs proches disparus lundi matin, à 7h43, heure exacte du départ du train accidenté le lundi 15 février 2010. Les familles attendent toujours de connaître les causes de la catastrophe.

Belga

Une vingtaine de personnes représentant le comité des familles des victimes se sont retrouvées, comme c’est le cas chaque année depuis la catastrophe, lundi en gare de Mons pour mener une action symbolique.

Une minute de silence a été respectée en mémoire des victimes. «Au-delà de l’action symbolique, c’est comprendre ce qui s’est vraiment passé à Buizingen, ce que l’enquête n’a toujours pas permis jusqu’ici», a commenté un porte-parole du comité des victimes.

L’enquête concernant la catastrophe de Buizingen piétine. Quatre ans après l’accident ferroviaire qui a coûté la vie à 19 personnes et fait 162 blessés, les familles des victimes attendent toujours de savoir ce qu’il s’est réellement passé le 15 février 2010 quand les deux trains se sont percutés à hauteur de Buizingen. «Des devoirs d’enquête sont, nous dit-on, toujours en cours. Nous ne comprenons pas pourquoi cette enquête traîne à ce point. Un nouveau procureur, le troisième, a été désigné en juin dernier. Cette nouvelle nomination n’est pas un bon signal pour nous.»

Les familles des victimes restent solidaires et se soutiennent au fil de rencontres bimestrielles. «Nous ne sommes pas découragés mais nous sommes usés de ne pas voir l’enquête enfin aboutir. Nous pensons que le fait de ne pas dévoiler la vérité sur l’accident dans un délai raisonnable est un mauvais signe pour la suite de l’enquête», a poursuivi le père d’une des victimes de la catastrophe.

L’assureur de la SNCB a déjà payé quelque 4.091.831,92 euros de dédommagement aux proches des victimes et à ceux qui ont essuyé des dégâts matériels des suites de la collision. «Les familles de victimes ont été indemnisées à hauteur de 21.000 euros, ce qui représente le minimum légal dans le cas d’une telle catastrophe», a précisé Geneviève Isaac, porte-parole du comité des victimes qui a perdu son ex-mari et son fils dans la catastrophe. «Des familles ont toutefois refusé l’indemnisation par crainte de voir le dossier se refermer».

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent