Publié le Mercredi 19 Février 2014 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Bruxelles-Formation présente ses tests linguistiques pour accéder à la nationalité belge

Rédaction en ligne

Bruxelles Formation a présenté mercredi aux communes, aux CPAS et à ses partenaires de l’insertion socio-professionnelle les nouveaux tests linguistiques de la procédure d’accès à la nationalité belge.


Rachid Madrane.

Belga

Rachid Madrane.

La loi du 4 décembre 2012 a subordonné l’accès à la nationalité belge à la preuve de la connaissance minimale d’une des trois langues nationales. Bruxelles Formation est le premier organisme à mettre en oeuvre ces tests de langue, avec une capacité de 500 candidats à la nationalité par an.

Le ministre en charge de la Formation à la Commission communautaire française (Cocof) Rachid Madrane (PS) lance un appel vers d’autres acteurs potentiels, tels que le Forem, le VDAB (Office flamand de l’emploi et de la formation professionnelle) ou l’enseignement de promotion sociale : «Auparavant, on présumait la volonté d’intégration dès lors que l’étranger sollicitait l’acquisition de la nationalité belge. Cette logique est dorénavant inversée. L’acquisition de la nationalité belge est désormais considérée comme l’aboutissement du processus d’intégration.»

La procédure est clarifiée et passe de douze moyens d’acquérir la nationalité à quatre, à savoir un diplôme de l’enseignement supérieur, une attestation de formation professionnelle de minimum 400 heures, la preuve de 5 années de travail ininterrompues ou une certification linguistique. Cette dernière n’est donc pas une obligation, mais une des possibilités. «Philosophiquement, il n’est pas anormal de demander à une personne qui veut acquérir la nationalité d’un pays de prouver sa maîtrise d’une des langues nationales», conclut Rachid Madrane.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent