Publié le Mercredi 19 Février 2014 à

Régions > Bruxelles > Actualité

Expulsion collective de sept Congolais au départ de Bruxelles

Rédaction en ligne

Un vol militaire a emmené mercredi matin sept Congolais expulsés du territoire, au départ de la base aérienne de Melsbroeck, indiquent le CRER (Coordination contre les rafles, les expulsions et pour la régularisation), le CRACPE (Collectif de Résistance Aux Centres Pour Etrangers) et l’association Getting the Voice Out.

Belga/Eric Lalmand

Hospitalisée quelques heures avant le départ, la Congolaise dont la troisième tentative d’expulsion a avortée samedi a de nouveau vu son renvoi reporté. Pour rappel, le commandant a décidé de refuser son transport à la suite de la mobilisation d’un groupe de passagers émus par ses pleurs. La députée bruxelloise Gisèle Mandeila (FDF) a porté plainte contre un jeune policier pour avoir reçu un coup de poing dans le cadre de cette expulsion.

«Plusieurs d’entre eux sont reconnus comme des combattants de l’opposition et on ne connaît pas le sort qui les attend là-bas», alerte la porte-parole pour le CRER, le CRACPE et Getting the Voice Out. Ces associations avancent que les expulsés sont pris en charge à leur arrivée par l’Agence Nationale du Renseignement qui les soupçonnent systématiquement d’être des opposants politiques. Elles font référence à l’article du journal britannique The Guardian qui a révélé samedi que les Congolais expulsés de Grande Bretagne sont soumis à la torture, notamment dans la prison de Kin Maziere. Les associations dénoncent la négligence par l’Office des étrangers des risques d’emprisonnement, de torture, voire d’assassinat de ces demandeurs d’asile politique.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent