Publié le Vendredi 21 Février 2014 à

Régions > Mons > Actualité

Stand de tir de Boussu: une policière blessée car une cartouche a explosé dans son arme

Rédaction en ligne

L’accident survenu ce jeudi aurait sans doute pu être plus grave que cela. Une cartouche a explosé dans l’arme d’une policière qui s’entraînait au stand de Boussu, jeudi matin. Elle n’est que légèrement brûlée à la main. Un incident qui inquiète cependant les policiers… Certains remettent en cause les munitions utilisées, trop vétustes et donc dangereuses selon eux. Explications.


La policière s’entraînait au stand de tir de Boussu.

Archives E.G.

La policière s’entraînait au stand de tir de Boussu.

Une policière de la zone de La Louvière a été blessée hier matin alors qu’elle s’entraînait au tir à Boussu. Un accident sans trop de gravité, même si l’agent a été brûlé à la main. Mais selon certains de ses collègues, cela aurait pu être plus grave: «Si elle avait tenu son arme plus près du visage, cela aurait fait des dégâts! Ici, elle tenait heureusement son arme à bout de bras

Ce qui inquiète les policiers que nous avons interrogés, c’est ce qui, selon eux, est la raison de cet incident: «C’est la vétusté des cartouches qui est en cause, c’est certain! Sur celle qui a explosé, il y avait des traces d’oxydation. En fait, dans un cas comme celui-ci, au lieu de partir en avant, la cartouche éclate à l’endroit où elle est fragilisée, raison pour laquelle elle a carrément explosé dans le canon

Cette cause est contestée par la zone de police de La Louvière mais elle revient dans les différents témoignages. Si les policiers louviérois s’entraînent sur un stand de tir à Boussu, c’est bien la zone de La Louvière qui achète les munitions.

Selon un policier, des signes auraient déjà dû inquiéter la hiérarchie: «C’est la première fois, à ma connaissance, qu’il y a véritablement un accident. Mais par le passé, il y a eu à plusieurs reprises des cartouches qui ne partaient pas.» Plus inquiétant selon le policier, le nombre de tirs d’entraînement ne serait pas suffisant. Du côté de la zone concernée, on affirme ne pas faire d’économies sur la sécurité des policiers.

Suite à cet incident, les entraînements prévus au stand de tir de Boussu ont été interrompus temporairement et ce afin de vérifier l’entièreté du matériel. Plus d’informations dans l’édition de ce vendredi.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent