Publié le Mardi 25 Février 2014 à

Régions > Centre > Actualité

La Louvière: la famille Graux habite dans un «no man's land» à la rue Duchâteau

Jean-Paul Cailleaux

Historiquement, c’est vrai, le 184 de la rue Duchâteau est sur le territoire d’Haine-Saint-Pierre, donc de La Louvière. Jacques Graux est donc citoyen louviérois. Sauf que dans sa rue, il habite au milieu… de nulle part, entre Morlanwelz et La Louvière. Et cela pose quelques étonnants problèmes.


D’un côté, c’est Morlanwelz, de l’autre, c’est La Louvière. Mais entre les panneaux de début et de fin d’agglomération, il y a 300 mètres... de no man’s land.

D’un côté, c’est Morlanwelz, de l’autre, c’est La Louvière. Mais entre les panneaux de début et de fin d’agglomération, il y a 300 mètres... de no man’s land.

Jacques et Pascale Graux, kinés de profession sont installés depuis des années à la rue Duchâteau. En principe sur le territoire de La Louvière. Problème, depuis quelques années, suite à un remplacement des panneaux de délimitation communale, ils n’habitent nulle part.

« Lors de la fusion des communes en 76, il y a eu quelques changements. Des terrains qui se trouvaient sur Morlanwelz sont passés sur La Louvière et inversement. Car nous sommes juste à la limite des deux communes. J’habite au 184, et la rue Duchâteau se prolonge jusqu’au 188. Après, c’est Morlanwelz… ». Les choses semblaient donc claires après 1976…

De nombreux accidents

Problème, suite à plusieurs accidents de circulation dus essentiellement à des vitesses excessives, il a fallu remplacer les panneaux F1 et F3 indiquant les débuts ou fins d’agglomération. Et lors du remplacement, les panneaux ont changé de place… Donc, en principe, les frontières des deux communes limitrophes ont changé. Et maintenant, elles ne sont plus limitrophes puisqu’un « trou » de 300 mètres existe entre les panneaux d’entrée et de sortie d’agglomération de Morlanwelz et la Louvière. Bref, la famille Graux et leurs voisins habitent nulle part, dans un ‘no man’s land’…

Louviérois et fier de l’être

« Je paye mes impôts sur La Louvière, je me sens et me suis toujours senti citoyen louviérois (NDLR : bien que natif de Binche), aucun problème à ce sujet, mais c’est en fait tout simplement pour des questions de sécurité routière que je tente depuis plus de cinq ans de trouver une solution à ce problème. Car nous sommes donc en dehors d’une agglomération, comme les panneaux en attestent dans un sens comme dans l’autre, donc les limitations de vitesse ne sont plus d’application. Et cette rue est très dangereuse car les gens qui l’empruntent roulent en général très vite. C’est d’ailleurs à cause de cela que les panneaux ont été renversés et ont dû être remplacés. Mais ils n’ont pas été placés au bon endroit. Il y a deux ans, un jeune homme s’est tué juste en face de chez moi…  ».

Stationnement, transports en commun

« Le problème est aussi celui des arrêts de bus, qui ont été déplacés et du stationnement. À hauteur de l’entrée dans Morlanwelz, un panneau annonce un stationnement semi-mensuel alternatif. Alors qu’il y a en face, depuis toujours des emplacements de stationnement autorisés sur le trottoir. Certes, ce n’est pas très confortable pour les piétons, mais par contre, aucun riverain n’oserait garer sa voiture sur la rue des Hayettes du 1 er  au 15 du mois. Elle ne passerait pas une journée… Côté La Louvière, on a installé des chicanes avec des bacs à fleurs, ils ont été pulvérisés… et retirés. On a remis des chicanes avec des plots de plastique, ils ont été démolis. Maintenant, il n’y a plus rien. Mais côté rue des Hayettes, des chicanes ont été placées avec un sens prioritaire et cela ne semble pas poser problème. Chez nous, rien ! Sur 300 mètres, puisqu’on est en dehors d’une agglomération, en principe, la vitesse ne peut être limitée à 50 km/h. Et on ne peut, en principe non plus, effectuer de contrôles de vitesse puisqu’on n’est ni sur La Louvière, ni sur Morlanwelz ». Quant au stationnement à la rue Duchâteau, les (très) anciens marquages ne semblent plus d’actualité et les automobilistes se garent un peu comme ils veulent. En ce et y compris devant les parkings privés des habitations. Ou suffisamment près que pour les rendre dangereux pour s’engager sur la voirie.

Et la suite ...

« En 2011, après intervention auprès de l’échevin louviérois de la Mobilité, Olivier Destrebecq, une réunion a été organisée à la ville avec différents intervenants. C’est vrai, il y a eu une suite puisqu’il y a eu une proposition d’installer une chicane avec un arrêt de bus. Mais il n’y a jamais eu de suite… Avec les élections qui se profilent à l’horizon, on ne sait jamais… on peut toujours espérer ».

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent