Publié le Vendredi 28 Février 2014 à

Culture > Cinéma

Guillaume Gallienne, l'acteur dont les traumatismes sont devenus des atouts

Dominique AGEORGES

Là où d’autres taisent leurs blessures et cachent leur vie privée, Guillaume Gallienne, 42 ans, acteur transgenre, a fait de ses traumatismes de jeunesse une pièce puis un film à succès, pour lequel il a obtenu vendredi le César du meilleur acteur.

«Les garçons et Guillaume à table» est un film «sur la différence et les clichés» racontait en novembre à l’AFP Guillaume Gallienne, qui y joue son propre rôle, celui de sa mère, tout en passant pour la première fois derrière la caméra.

Son film, résumait-il avec esprit, c’est «comment je suis devenu acteur en devenant ma mère pour réussir à être moi». Ou bien, l’histoire d’un «coming out» hétérosexuel et «la naissance d’un acteur».

A une vie linéaire annoncée, Gallienne oppose des routes sinueuses, peuplées de psychiatres, et bâtit une carrière où jouer des rôles de femmes lui va autant que les rôles d’hommes. Après avoir incarné Pierre Bergé dans «Yves Saint Laurent», Gallienne sera en mai Lucrèce, dans «Lucrèce Borgia» au Français.

«J’aime le côté funambule. Ce n’est pas confortable mais ça fait avancer. C’est la route qui m’intéresse. Les histoires de rencontres, de désirs.»

Né à Neuilly-sur-Seine le 8 février 1972, Guillaume Gallienne appartient à la grande bourgeoisie. Son père est un homme sévère, ses frères sont beaux et sportifs tandis que lui a un un visage poupin auréolé de cheveux bouclés et déteste la brutalité.

Si aujourd’hui il a fait rire ou ému quelque 2,5 millions de spectateurs avec sa propre histoire, Guillaume Gallienne a beaucoup souffert et mis du temps à se forger une identité.

Enfant, il se sent mal dans sa peau, préfère la compagnie de sa mère d’origine russo-géorgienne dont il reproduit la voix à la perfection quitte à tromper son entourage au téléphone. Efféminé, il adore se travestir en Sissi impératrice. Pour plaire à sa mère qui voulait une fille?

Une aventure artistique dingue

Au refus d’affirmer sa virilité, la famille va trouver une autre explication pour lui: il est forcément homosexuel.

A 12 ans, dit-il, et n’en pouvant plus des insultes à l’école, il fait une dépression nerveuse. Commence un long chemin avec les psy qui «m’ont sauvé la vie», de même plus tard qu’une pension anglaise où les quolibets sont remplacés par les encouragements.

A 18 ans, il décide de devenir comédien et se forme au cours Florent, de 1991 à 1995, avant d’enchainer avec le Conservatoire national supérieur dramatique de Paris.

Il entre en 1998 à la Comédie française, d’abord comme pensionnaire avant d’en devenir sociétaire en 2005. «Une aventure artistique dingue», dit-il. S’enchainent alors les pièces classiques signées Marivaux, Feydeau, Shakespeare, Molière, Tchekhov etc.

A partir de 2005 il signe aussi ses première mises en scène avant de créer pour la première fois en 2008 la pièce «Les garçons et Guillaume à Table» au Théâtre de l’Ouest parisien, pour laquelle il obtiendra le Molière de la révélation masculine 2010.

Parallèlement, Gallienne mène une carrière au cinéma avec une quarantaine d’oeuvres à son actif qui lui permettent de se faire connaitre d’un plus grand nombre, de «Jet-Set» à «Fauteuils d’orchestre», de «Marie-Antoinette» à «Astérix et Obélix au service de sa majesté».

La consécration sur grand écran vient avec «Les garçons et Guillaume à table», sorti en novembre dernier. «Dès le début je voulais en faire un film car pendant le spectacle je jouais tous les personnages donc j’avais peu de temps pour les défendre».

Au théâtre et au cinéma, Gallienne va ajouter d’autres cordes à son arc, avec «Les bonus de Guillaume» sur Canal+ (2008-2010) et depuis 2009 le samedi sur France Inter dans l’émission «Ca peut pas faire de mal» dans laquelle il lit des extraits d’oeuvres litteraires.

Toujours pour ne pas être enfermé «dans des cases que les autres veulent créer pour moi», dit Guillaume Gallienne, marié depuis 2005 et père d’un petit garçon.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent