Publié le Lundi 10 Mars 2014 à

Régions > Mons > Actualité

Jemappes: "Les faux policiers voulaient enfermer ma femme à la cave!"

Rédaction en ligne

Vendredi, en soirée, trois faux agents, équipés d’un brassard avec inscrit « police » en toutes lettres, ont écumé l’avenue Wilson à Jemappes. Ils ont sonné à plusieurs portes avant de trouver « leur » victime.

Les faits se sont produits avenue Wilson.

Eric Ghislain

Les faits se sont produits avenue Wilson.

La Jemappienne s’est vite rendu compte qu’il s’agissait de voleurs, mais face à trois hommes, elle n’a rien pu faire… Les vrais policiers, appelés entre-temps, ont débarqué sur place. Les voleurs ont pris la fuite par le jardin de la maison. Même avec les chiens et l’hélicoptère, les malfrats restent introuvables.

C’est peu après 19 h, ce vendredi soir, que les trois faux policiers ont tapé aux portes de l’avenue Wilson à Jemappes. Marie (prénom d’emprunt) a ouvert la porte. Encore très marquée par ce qu’elle a subi, elle témoigne, avec son mari, sous le couvert de l’anonymat.

«  Ils ont expliqué à mon épouse qu’ils venaient pour faire un contrôle. Mon épouse a demandé tout de suite à voir les cartes de police. Ils ont répondu qu’il n’y avait pas besoin, que les brassards qu’ils portaient étaient suffisants. Elle a voulu appeler au secours, mais l’un des voleurs a fermé la porte de la maison. Ils ont poussé ma femme dans le living. Elle a alors tenté de me contacter avec son GSM. Ils le lui ont pris et ont commencé à s’énerver. Ils voulaient même l’enfermer à la cave. Face à trois hommes, mon épouse a alors expliqué qu’elle ne tenterait plus rien, qu’ils n’avaient qu’à prendre ce qu’ils voulaient… »

L’un des trois voleurs est resté à la surveiller, pendant que les deux autres retournaient la maison, cherchant des objets de valeur. Ils ont fouillé partout. Ils ont rassemblé des PC portables, de l’argent liquide et un GSM.

Mais entre-temps, des riverains, interpellés par ces agissements suspects, avaient appelé la police. «  Un policier qui partait travailler est justement passé devant la maison à ce moment-là, explique le mari de Marie. Il a lui aussi appelé le central.  »

Les vrais agents ont débarqué sur les lieux alors que les voleurs étaient encore dans la maison. Coincés, ils ont pris la fuite par le jardin, à l’arrière de l’habitation. «  Ils ont escaladé la petite clôture. Derrière, il y a comme une vieille usine…  » Les policiers présents n’ont pas pu les rattraper.

«  Ce n’est malheureusement pas la première fois que nous sommes victimes d’un cambriolage. C’est le troisième en six mois ! On ne sait plus quoi faire…  »

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent