Publié le Jeudi 13 Mars 2014 à

Régions > Tournai > Actualité

Un nouveau call center arrive à Tournai avec emplois à la clé

Rédaction en ligne

Une nouvelle entreprise de call center devrait s’installer prochainement à Tournai. C’est le patron d’Ebos, une société de télémarketing mouscronnoise, qui envisage cette implantation, suite à un contrat décroché avec l’opérateur Voo.


Le site d’Ebos à Mouscron occupe 70 personnes.

D.R

Le site d’Ebos à Mouscron occupe 70 personnes.

Le groupe Ebos offre des services de call center aux entreprises. Il traite les relations clients, le télémarketing, fait de la prospection, dans un secteur concurrentiel. Car, beaucoup d’entreprises choisissent de délocaliser ces services à l’étranger.

Le groupe a son siège à Mouscron, mais le patron d’Ebos envisage d’installer un nouveau call center, via une société différente d’Ebos, du côté de Tournai.

Des contacts ont déjà été pris avec Ideta dans ce sens, mais le groupe ne semble pas pressé de communiquer sur ce projet, qui pourrait occuper quarante personnes dans le zoning de Tournai-Orcq.

Il s’agit d’une bonne nouvelle pour l’emploi à Tournai, d’autant qu’Ebos était parti pour dérocher un gros contrat avec l’opérateur Voo.

Le hic, pour les syndicats, c’est que Voo travaillait auparavant en sous-traitance avec un autre groupe de call center, N’Allo, qui se voyait alors obligé de restructurer : on parlait d’une perte 60 emplois sur un bon millier au total, sur les sites de Bruxelles et Gosselies. Voo avait annoncé en février que le groupe ne renouvellerait pas son contrat avec le call center de Gosselies, pour travailler avec un nouveau call center installé à Tournai.

Les syndicats ont vivement réagi, dénonçant un dumping social au sein même du Hainaut, car selon eux les conditions d’emploi chez N’Allo sont plus favorables aux travailleurs que chez Ebos.

En outre, les syndicats, FGTB, CGSLB et CSC, dénonçaient des aides octroyées par la région Wallonne à Ebos pour son implantation à Tournai : «  Nous ne pouvons évidemment pas accepter que les aides de la Région wallonne servent à organiser le dumping social et salarial au sein d’une même région », affirmaient-ils le 28 février dans un communiqué commun.

De son côté, Michèle Van Acker, permanente CNE à Tournai, explique que «  les subsides de la Région wallonne permettaient au patron d’Ebos de proposer des tarifs plus attractifs que N’Allo. Or les aides régionales doivent servir à créer de l’emploi, pas à délocaliser  ».

Finalement, on a appris il y a deux jours que Voo maintenait en partie sa collaboration avec N’Allo : «  Voo a lancé un appel d’offres qui a été remporté par Ebos. Mais, une réunion de la dernière chance a été organisée avec N’Allo pour leur permettre d’aligner leur offre, ce qu’ils ont fait  », explique-t-on chez Voo, «  Nous allons donc continuer à travailler avec N’Allo, mais cela ne remet pas en cause le projet d’Ebos à Tournai, avec qui nous allons aussi travailler. Il y aura donc bien des emplois créés à Tournai  ».

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent