Publié le Lundi 17 Mars 2014 à

Régions > Charleroi > Actualité

Monceau: les pompiers luttent encore pour refroidir les installations électriques après l'incendie de dimanche

Rédaction en ligne

Dimanche nuit, vers 1h45 du matin, un important incendie s’est déclenché dans les installations électriques d’Elia de Monceau-sur-Sambre. Ce lundi, les pompiers luttent encore et toujours pour refroidir le gigantesque transformateur. Hier, deux explosions ont envoyé trois hommes du feu à l’hôpital, « blastés ». Mais le bilan aurait pu être bien plus lourd… On ne connaît toujours pas l’origine de l’incendie.

FVH

«  Notre travail se poursuivra au moins jusqu’à la fin de la journée de ce lundi  », nous expliquait hier Michel Méan, porte-parole des pompiers de Charleroi. «  L’importance du brasier et la violence des explosions étaient telles qu’il est extrêmement difficile de refroidir le tout.  »

Cela fait donc plus de 30 heures ce matin qu’une quinzaine d’hommes du feu se relayent 24 heures sur 24 sur le site des intsallations électriques d’Elia de Monceau-sur-Sambre. Leurs efforts se concentrent au niveau du transformateur-déphaseur, un appareil qui permet la conversion de l’électricité 220 kV en 150 kV et qui contient une impressionnante quantité d’huile : 124.000 litres.

«  Pour le refroidir, nous utilisons une sorte de mousse  », poursuit Michel Méan, «  dont le rôle est de créer un tapis de protection entre l’air et le combustible (l’huile) pour éviter que les deux rentrent en contact.  » Hier, la situation était sous contrôle depuis 7 heures du matin, même si le risque d’explosion n’était pas écarté à 100 %. La protection civile est quant à elle intervenue en renfort.

Le transformateur de Monceau est l’un des plus grands de Belgique. Étant donné son excellent maillage, le réseau électrique, qui constitue le point de départ d’un nombre important de lignes internationales, n’a pas subi de perturbation à la suite de l’explosion du transformateur. «  Actuellement, l’énergie qui transitait dans ces installations emprunte d’autres lignes de notre réseau  », explique Axelle Pollet, porte-parole d’Elia. «  Mais il nous faudra plusieurs jours pour mettre sur pied une situation transitoire stable et plusieurs mois pour réparer les dégâts.  »

Plus d’informations dans La Nouvelle Gazette de Charleroi de ce lundi 17 mars

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent