Publié le Vendredi 21 Mars 2014 à

Régions > Centre > Actualité

Armande, décédée à 91 ans sans héritier, lègue un million d'euros au musée de Mariemont

L.PIRET

Sans conjoint et sans héritier, Armande Tassier a fait le choix d’aider, après sa mort, le secteur culturel qu’elle affectionnait tant.

Le 2 juin 2012, Armande Tassier décède à l’âge de 91 ans, dans son appartement d’Anderlecht. Dans son testament, cette ancienne professeur au Lycée Théo Lambert-Joseph Bracops d’Anderlecht, fait part de son souhait d’aider le secteur culturel. Comment ? En léguant ses deux appartements, situés à Anderlecht et à Vence, sur la Côte d’Azur, et un million d’euros qu’elle garde sur ses comptes bancaires au musée de Mariemont, à Morlanwelz.

Si elle était née et est décédée à Anderlecht, Armande Tassier avait des racines familiales dans la région carolo et avait conservé un attachement tout particulier à ces origines.

« Cette dame venait régulièrement au musée depuis des années », indique Marie-Cécile Bruvier, la directrice. « Elle s’intéressait de près à nos collections, à nos activités, et nous entretenions de bons contacts ».

Ancienne professeur de grec et de latin, la dame était notamment très intéressée par tout ce qui avait trait à l’Antiquité, et à l’Extrême-Orient. «  De son vivant, elle avait notamment déjà apporté sa contribution au musée en nous donnant certaines cartes datant du XVI e  siècle. C’était une érudite, qui avait une grande bibliothèque et qui souhaitait faire partager ce patrimoine. »

Ce type de dons n’est pas rare pour le musée de Mariemont mais le montant est, cette fois, emblématique. Les responsables du musée sont évidemment ravis de ce legs, dont il faudra déduire des droits de succession, mais ne savent pas encore à quoi ils vont l’attribuer.

Armande Tassier ne devrait pas faire l’objet d’une reconnaissance particulière, comme en donnant son nom à une salle du musée par exemple. Toutefois, certaines de ses dernières volontés vont être exaucées, comme celle de faire publier les poèmes qu’elle rédigeait.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent