Publié le Samedi 22 Mars 2014 à

Régions > Mons > Actualité

Mons: la nouvelle gare coûtera 272 millions €, répond le secrétaire d'Etat M. Wathelet

Rédaction en ligne

La polémique se poursuit concernant le coût de la future gare de Mons. La semaine dernière, en réponse à une question de la députée Écolo Juliette Boulet, suite à des informations parues sur notre site, le ministre des Entreprises publiques Jean-Pascal Labille répondait que la gare coûtera 150 millions. Tandis que son collègue Melchior Wathelet (Transports et Mobilité) annonce 272 millions.


Combien coûtera la nouvelle gare
? 150 millions d’euros selon Jean-Pascal Labille (PS), 272 millions selon Melchior Wathelet (CDH).

E.G.

Combien coûtera la nouvelle gare ? 150 millions d’euros selon Jean-Pascal Labille (PS), 272 millions selon Melchior Wathelet (CDH).

Suite à une information publiée dans les colonnes de La Province (le 5 mars) précisant que la future gare conçue par l’architecte Calatrava coûtera 272 millions d’euros, et non 150 comme l’affirme depuis des années la société Eurogare, maître d’ouvrage, la députée Juliette Boulet avait interrogé le ministre des Entreprises publiques au parlement. La semaine dernière, Jean-Pascal Labille (PS) confirmait le chiffre annoncé par Eurogare, soit 150 millions. Mais alors, pourquoi le ministère des Transports et de la Mobilité, géré par Melchior Wathelet, déclare-t-il que le coût total de la gare de Mons est de 272 millions ?

Mercredi, la députée Écolo a donc posé la question au secrétaire d’État (CDH). Lequel a apporté des éléments de réponse intéressants, tout en souhaitant défendre « la crédibilité de son administration ».

« Un point pouvant porter à confusion, explique le secrétaire d’État Melchior Wathelet, est l’étendue des travaux liés aux différents montants qui ont été divulgués. En effet, le montant de 150 millions annoncé par Eurogare porte sur le seul bâtiment de gare, tandis que les 272 millions, repris par le SPF Mobilité et Transports sont liés à l’ensemble du site de Mons. Dans ce budget, dont les chiffres proviennent directement du dossier élaboré par l’ancienne SNCB Holding, les éléments suivants sont inclus : (…) 175 millions pour la gare, la passerelle et les quais, 50 millions pour les parkings, 10 millions pour les abords de la gare, 20 millions pour les bâtiments de services et de bureaux, 10 millions de frais historiques avant 2010, et 7 millions pour les autres travaux. »

Des travailleurs étrangers sur le chantier ?

Le chantier de la future gare de Mons a décidément fait parler de lui cette semaine à la Chambre. Jeudi, la députée Juliette Boulet est à nouveau intervenue cette fois en exprimant son inquiétude au ministre des Entreprises publiques Jean-Pascal Labille. « Selon des représentants des organisations syndicales, déclare l’Ecolo, près de 200 travailleurs d’origine étrangère seraient sur le chantier de la gare de Mons, ce probablement dans le cadre de la directive européenne relative au détachement des travailleurs. Cette situation n’est pas forcément illégale. Cependant, il existe un risque de dumping social. Des closes éthiques, sociales et environnementales sont-elles intégrées dans les marchés publics réalisés par la SNCB », demande M. Boulet.

Dans sa réponse, le ministre des Entreprises publiques a rappelé le cadre légal que la SNCB assure respecter sur le chantier de la gare de Mons. Par contre, Jean-Pascal Labille n’a ni confirmé ni infirmé la présence de 200 travailleurs d’origine étrangère sur le chantier montois.

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent