Publié le Samedi 19 Avril 2014 à

Régions > Liège > Actualité

Triple assassinat à Visé: Benoît Philippens (gérant de banque), Carol Haid et un enfant de 9 ans tués par au moins 7 balles (+ vidéos)

Rédaction en ligne

Carol Haid (37 ans) n’a pas survécu aux coups de feu qui ont éclaté vendredi soir près du hall omnisports de Visé (en province de Liège). Il y a donc trois morts, dont un enfant de 9 ans.


Les lieux de la fusillade.

Thomas Van Ass

Les lieux de la fusillade.

Au moins sept coups de feu ont été tirés en direction des victimes de la fusillade perpétrée vendredi soir à Visé (province de Liège).

«Un homme, une femme et un enfant de 10 ans rentraient dans cette maison lorsqu’un individu se trouvant dans une voiture a fait feu dans leur direction, tuant l’enfant. L’homme qui ne serait pas son père serait décédé peu après, alors que la dame, la marraine de l’enfant, serait très grièvement blessée», a expliqué le bourgmestre à l’agence Belga.

L’homme mortellement blessé est Benoît Philippens, un Visétois gérant de l’agence BNP Paribas Fortis d’Ans-Saint Nicolas âgé de 37 ans.

En ce qui concerne la dame, il s’agissait de sa compagne, Carol Haid. Elle est finalement décédée, suite à ses blessures.

L’enfant de 9 ans, filleul de celle-ci, se prénomme Esteban.

Benoît Philippens aurait été atteint d’une balle dans la tête et d’une dans le ventre, alors que son épouse, Carol Haid, aurait été touchée de trois balles dans le dos, a-t-on appris de source judiciaire. L’enfant aurait, pour sa part, été atteint d’une balle. Une autre balle a été retrouvée dans une vitre.

«De nombreux devoirs d’enquête sont en cours», a précisé samedi le parquet de Liège. «Ni le nombre d’auteurs n’est connu, ni le moyen de locomotion utilisé par le ou les auteurs.»

Des douilles ont été retrouvées sur place, les victimes «ayant, semble-t-il, été abattues avec un pistolet». Chacune des victimes a été atteinte de plusieurs balles, a encore ajouté le parquet. «Aucune des victimes n’était connue de la justice.»

«Benoît est un membre d’une famille bien connue dans l’entité», indique un collaborateur du bourgmestre. «Son papa s’occupe bénévolement des jeunes du football et son frère est le directeur de la maison de repos du CPAS. D’après les voisins, ils n’avaient aucun problème avec personne, et aucun va-et-vient n’était constaté chez eux.»

  • C'est choquant

  • C'était des gens connus

  • Les secours sont arrivés très vite

Faites de sudinfo.be la page d'accueil de votre navigateur. C'est facile. Cliquez-ici.

Nos partenaires vous proposent