Centre “ Non à la pharmacie virtuelle ”

Centre “ Non à la pharmacie virtuelle ”

Angélique Delcourt vous conseille d’être prudent. V.M.

Le groupe de pharmaciens liégeois Bustin vient de lancer “ www.santis.be ”, la pharmacie virtuelle. En quelques clics, une silhouette humaine vous permet de poser votre propre diagnostic. Une liste de médicaments (disponibles sans ordonnance) vous est alors proposée. Réaction des pharmaciens de la région.

Publié le 19/10 à 17h16

Jeudi dernier, le groupe de pharmaciens liégeois Bustin a lancé www.santis.be. Cette pharmacie virtuelle vous permet de poser votre propre diagnostic et vous propose ensuite une liste de médicaments (sans ordonnance) à commander en ligne. Une initiative qui choque profondément les pharmaciens de notre région. “ Je suis tout à fait opposée à ce genre de pratique!”, souligne une pharmacienne écaussinnoise qui a préféré ne pas être citée nommément.“En tant que professionnels, nous sommes là pour conseiller les clients. Hélas, nous assistons à une évolution vers le concept de “ pharmacie-supermarché ”. Même constat chez Multipharla (La Louvière). “ De plus en plus de médicaments sont mis en vente libre. Mais il faut s’en méfier car même un simple Dafalgan nécessite un conseil. Il y a des effets secondaires, une toxicité et des contre-indications que les clients ne connaissent pas. Or, le site n’attire pas l’attention là-dessus”, explique Angélique Delcourt. “ Notre rôle reste majeur. Avec la crise, les clients sont de plus en plus nombreux à venir nous trouver s’ils souffrent d’un rhume ou d’une gastro. Ils préfèrent ne

pas payer la note du médecin en plus des médicaments. ” Pharmacienne louviéroise, Marie-Christine Crispeels est elle aussi choquée. “ Je ne connais pas ce site, mais je vais y jeter un coup d’œil. Regardez ces pastilles pour la gorge Medica: leur prix normal est de 6,20€. Or le site l’annonce à 6,57€ et le ristourne à 5,91€. C’est une fausse promo. De plus, sur ce site, un diabétique peut tout à fait commander un sirop contenant du sucre. Et une personne souffrant d’hypertension, des médicaments à base d’éphédrine. Ça n’arriverait pas dans une pharmacie classique!

Le prix d’un rhume

En cette période où la météo joue au yo-yo, les rhumes angines et autres pathologies du système respiratoire sont légions.

Et soigner un banal rhume n’est pas forcément bon marché.

Si vous vous rendez chez votre généraliste, il vous comptera une vingtaine d’euros la visite (30 euros, s’il se déplace à domicile). Bien sûr, vous serez remboursé en partie (il vous en coûtera 5,34€ au final; 2,65€ si vous êtes Vipo).

Place ensuite à la facture du pharmacien, qui est nettement plus salée.

Prenons l’exemple de l’ordonnance prescrite à une collègue enrhumée (et non Vipo):

> Augmentin (antibiotiques): 18,72 € prix public, mais elle a bénéficié d’une réduction liée à la mutuelle. Prix final: 5,30€.

> Sirop Levotuss: 7,31€

> Sinutab Forte 20 comprimés (décongestionnant): 8,24€.

> Strepsils Lidocaïne 8,57 €.

> Lysomucil (30 sachets): 7,95€.

> Résultat de l’addition? 42,71€!