Saint-Ghislain: un chien tué de 10 coups de feu... par un policier!

Doris, inconsolable, a porté plainte.

Doris, inconsolable, a porté plainte.
    Dix balles dans le corps! C'est la fin tragique qu'a connue “Safran”, un berger allemand croisé avec un bouvier bernois, âgé de 4 ans. L'auteur présumé de ces coups de feu mortels n'est autre qu'un policier de la zone de Mons-Quévy. Lire la version de la police

    Rédaction en ligne

    “ J'aurai ton chien... ”aurait menacé un jour le policier de la zone de Mons-Quévy, domicilié cité des Aubépines de Saint-Ghislain à Doris Lemoine, 22 ans.

    “ Finalement, il l'a eu. Il a vidé le chargeur de son revolver dans son corps ”, regrette-t-elle.

    Les faits, d'une insoutenable cruauté, se sont déroulés vendredi, alors que Safran tentait une escapade.

    “ Le chien a poussé la porte du garage et il est sorti. Il se promenait sur la rue, comme il en avait l'habitude. C'était un gentil chien, il tenait souvent compagnie aux enfants du coin ”, nous confie la jeune propriétaire. Sauf que cette sortie improvisée sera la dernière pour le toutou. Alors qu'il rentrait au bercail, grâce à une voisine soucieuse de son retour au foyer, le chien a été froidement abattu par un policier en civil, riverain de la cité.

    “Il a vidé son chargeur. Ce voisin d'en face était ivre mort. Il a vu que le chien était sorti, il est alors parti chercher son arme, puis il est entré dans notre jardin et a vidé son chargeur sur mon chien”, s'insurge Doris.

    Au total, 14 balles ont été tirées. Dix d'entre elles atteindront le malheureux canin.

    “ Ma voisine était justement en train d'appeler Safran pour qu'il rentre. Elle était dos au policier quand il a tiré. Il aurait très bien pu la toucher. Vous imaginez? ”, nous dit, toujours sous le choc, Doris.

    La police boraine est intervenue sur les lieux. La dépouille du chien a été emportée pour analyse balistique. Une plainte a été déposée, mais malgré tout Doris reste inconsolable.

    “ Ils m'ont dit que ce n'était qu'un chien. Mais non, pour moi, c'était plus que ça. Il était un membre de la famille a part entière ”, confie la jeune femme. L'animal repose désormais dans le jardin de sa propriétaire. L'auteur des faits, quant à lui, a retrouvé son domicile. L'enquête suit son cours...