En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil

Annexion des territoires ukrainiens: il n’y aura plus de «retour en arrière»

Vladimir Poutine devrait reconnaître vendredi au cours d’une brève cérémonie les régions ukrainiennes de Donetsk, Louhansk, Kherson et Zaporizhia comme des territoires russes.

Une nouvelle étape qui pourrait constituer, comme le révèle Het Nieuwsblad, une nouvelle escalade dans le conflit.

Arrivés jeudi à Moscou, les représentants des territoires occupés ont demandé jeudi à la Russie de reconnaître leurs régions. Une conséquence du référendum qui s’est clôturé la semaine dernière et qui a fortement été décrié au niveau international. Au total, pas moins de 90.000 kilomètres carrés, soit 15 % du territoire ukrainien, va se retrouver annexé. Cela en ferait donc la plus grande annexion depuis la Seconde Guerre mondiale.

Alors que le président Zelensky a précisé que cette annexion ne changeait rien à la guerre, plusieurs experts affirment le contraire. « Les référendums organisés en sept temps sont venus précisément parce que Moscou cherche un levier pour renverser les chances de la guerre après de lourdes pertes », peut-on lire dans le Nieuwsblad. « Au front, la Russie aura l’occasion de mobiliser les habitants pour défendre les territoires. Ils y seront rejoints par des réservistes que Poutine a mobilisés le lendemain de l’annonce des référendums ».

Beaucoup craignent donc que cette reconnaissance ne signifie une escalade dans la guerre. En effet, Vladimir Poutine ainsi que son ministre des affaires étrangères, Sergueï Lavrov, ont déjà fait savoir qu’une attaque contre ces territoires impliquera désormais une attaque contre la Russie elle-même. Selon la doctrine russe, tous les moyens seraient alors permis, y compris les armes nucléaires.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale