Bruxelles: le tracé du futur métro vers Schaerbeek et Evere définitivement fixé (carte)

Si l’on en croit la ministre du Transport, Brigitte Grouwels (CD&V), et le secrétaire d’etat à la mobilité Bruno De Lille (Groen), secrétaire d’Etat à la Mobilité, c’est le tracé qui offre «le plus grand potentiel de voyageurs et obtient les meilleurs résultats en matière de faisabilité technique».

En décembre dernier, le gouvernement bruxellois avait décidé d’analyser plus en profondeur deux des trois variantes sur la table pour le métro nord.

Une variante A plus au sud et passant par Liedts, Collignon, Waelhem 2, Helmet, Paix, Bordet; et une variante B plus au nord et passant par Liedts, Collignon, Waelhem 2, Riga, Tilleul, Paix, Bordet.

Le gouvernement a opté pour la variante B, pour deux raisons: ce tracé a le plus grand potentiel de voyageurs. En outre, ce tracé est le plus simple à réaliser. Des études ont révélé qu’il serait techniquement difficile de construire une station à Helmet.

Le gouvernement bruxellois a fixé le terminus du métro vers le nord à Nord à Bordet, mais maintient en vie la possibilité de prolonger cette ligne de métro jusqu’à Haren dans une phase ultérieure.

La construction du nouveau tunnel de métro nécessitera le forage d’un tube unique d’un diamètre de 9,8 mètres selon la technique dite du «tunnelier» qui protège les quartiers de vastes zones de chantier à ciel ouvert.

L’examen technique du projet ainsi que la rédaction du plan directeur urbanistique se poursuivront encore jusqu’à la fin du mois.

Les années 2015 et 2016 seront consacrées à l’obtention d’un permis d’urbanisme et d’environnement. L’année 2017 sera l’année des adjudications, de manière à ce que la construction puisse débuter en 2018.

En outre, le gouvernement bruxellois prévoit d’élaborer, en collaboration avec Beliris, un plan de communication et de participation afin de continuer à informer la population de ce projet important.

L’extension du métro en direction de Schaerbeek et Evere est jugée indispensable pour répondre à la demande croissante en transports publics entre le centre de Bruxelles et le Nord de la Région.