En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil

Asile et migration: vers une fusion des instances de l’asile

La secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration Nicole de Moor entend, sur base des conclusions d’un récent audit, réorganiser la chaîne de l’asile en Belgique en faisant fusionner ses différentes instances.

L’information est révélée dans le quotidien La Libre Belgique mardi matin, auquel la secrétaire d’Etat a expliqué les conclusions tirées du rapport du cabinet de conseil Capgemini, qui a scruté le fonctionnement de l’asile. Elle-même le présentera en matinée à la Chambre, en commission Intérieur.

«Nous devons fusionner les instances de l’asile pour favoriser une meilleure coordination entre les services. La situation de l’accueil que nous connaissons actuellement le prouve encore», indique Nicole de Moor au quotidien. Les trois entités (le Conseil du contentieux des étrangers, 4e entité, resterait à part) seraient d’abord coordonnées par une cellule du SPF Intérieur, chargée d’analyser les statistiques migratoires pour anticiper les besoins (en personnel, notamment), peut-on lire dans les pages du journal.

Cette refonte de l’asile n’a pas de calendrier précis. «Nous aurons les premiers débats sous cette législature, et nous voulons présenter une ébauche», détaille Nicole de Moor (CD&V) à La Libre.

La secrétaire d’Etat s’est également exprimée mardi matin sur les ondes de La Première (RTBF radio). Le pays est confronté à une hausse du nombre de demandes de protection internationale, qui devraient se rapprocher des 4.000 pour le mois de septembre. Parallèlement, il est régulièrement épinglé pour son manque de places, alors que l’accueil est un droit pour tout demandeur d’asile.

«Il n’y a pas d’’involonté’ politique», assure-t-elle au micro de La Première. «On crée des places supplémentaires et on continue de le faire», (...) «mais il y a des limites opérationnelles chez nos partenaires comme la Croix-Rouge, Caritas, ..., eux aussi ont des difficultés à trouver des places, du personnel pour travailler dans les centres d’accueil, etc.»

Fournir de l’accueil ne sera de toute manière «pas la seule solution», indique-t-elle: «on doit prendre des mesures sur l’afflux, via des campagnes de prévention, et accélérer la sortie des centres d’accueil. Aujourd’hui les gens y restent trop longtemps, car les procédures durent trop. On a ouvert des postes vacants dans les services d’asile qui traitent les demandes, pour arriver à des procédures plus courtes». Le but étant que les demandeurs d’asile sachent «beaucoup plus vite où est leur futur, s’ils peuvent rester ou non en Belgique».

Une politique du personnel «beaucoup plus flexible» fait d’ailleurs partie des recommandations «très concrètes» qui concluent l’audit, selon la secrétaire d’Etat.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale