En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil

Borsus défend la fusion des outils économiques wallons en commission du parlement

Le projet de décret organisant la fusion des trois outils économiques et financiers wallons a été débattu ce mardi en commission du parlement régional.

Le projet de décret organisant la fusion des trois outils économiques et financiers wallons - la Société wallonne de gestion et de participations (Sogepa), la Société wallonne de financement et de garantie des petites et moyennes entreprises (Sowalfin) et la Société régionale d’investissement de Wallonie (SRIW) - a été longuement débattu ce mardi en commission du parlement régional. Il devrait être soumis au vote en fin de semaine avant de revenir en plénière.

«Cette fusion constitue une opportunité unique pour augmenter l’impact des interventions de la Région en faveur des entreprises et des indépendants. C’est une démarche positive au bénéfice de l’ensemble du tissu socio-économique de la Wallonie» qui facilitera la vie des investisseurs et des entrepreneurs en leur proposant un interlocuteur unique, a défendu durant les débats le ministre régional de l’Économie, Willy Borsus.

Le nouvel outil, dont on ne connaît pas encore le nom mais qui verra officiellement le jour au tout début de l’année prochaine, gèrera quelque 5,8 milliards d’argent public et comptera 271 collaborateurs. Il n’intègrera pas les invests et certaines sociétés spécialisées comme la Spaque, le pôle d’expertise de la Région wallonne en matière de gestion des sols pollués, a rappelé le ministre.

Soutenu sans surprise par la majorité, le projet de décret a par contre suscité une levée de boucliers et de nombreuses questions de la part de l’opposition, avec en toile de fond la faillite de Hamon, le spécialiste du refroidissement industriel longtemps - et largement - aidé par la Sogepa qui y est intervenue à hauteur de plus de 127 millions d’euros.

Un dossier circonstancié de la Sogepa était attendu sur le sujet . Il vient d’arriver au cabinet de Willy Borsus qui l’a transmis au président du parlement, Jean-Claude Marcourt. «Après plusieurs semaines d’attente et de bataille, le rapport Hamon existe enfin. Il y a réellement urgence à transmettre ce rapport aux députés et à le rendre public», a souligné le chef de groupe du PTB au parlement régional, Germain Mugemangango.

«Quelle est votre ligne directrice? Il n’y a pas de contrat de gestion; pas de lettre de mission. Où va-t-on mettre les curseurs? Comment va-t-on fixer les priorités alors que les moyens ne sont pas extensibles? Ces questions sont importantes et ne sont nullement réglées par le décret», s’est de son côté interrogée Marie-Martine Schyns (Les Engagés), sans se prononcer sur la position qu’adoptera son parti lors du vote en commission, prévu ce jeudi.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale