Environ 500 collaborateurs d’Ecolo pourraient devoir trouver un autre employeur

La plupart des collaborateurs concernés, environ 400, travaillaient dans les cabinets ministériels. Leur sort n’est pas encore définitivement scellé, puisque les négociations en vue de former les prochaines majorités sont en cours et que la direction actuelle du parti n’a toujours pas exprimé clairement son refus de participer à nouveau au pouvoir, précise le quotidien.

Les groupes parlementaires et le parti devront aussi travailler avec moins de salariés, car ces emplois sont financés par la dotation publique qui va désormais fortement diminuer. une «perte» de 100 collaborateurs est évoquée. Ce chiffre n’est pas confirmé par la direction du parti, qui affirme que le décompte est toujours en cours.