Waterloo: John et Greg font revivre la Bataille des Ardennes

Décembre 1944, le soldat Clyde Anderson arrive près de Bastogne. Il rejoint le sergent Hopkins dans la forêt. Lors de sa première patrouille, l’enfer se déchaîne sur lui et ses compagnons. Clyde est fait prisonnier… Cette histoire vraie a inspiré John Somers et Grégory Descamps. Les deux jeunes Waterlootois, passionnés par la seconde guerre mondiale, en ont fait un court-métrage, « A Day into the Bulge ». « On s’est rencontrés il y a huit ans en faisant des reconstitutions sur la seconde guerre mondiale », raconte John Somers. « Depuis, on a arrêté les reconstitutions, mais on a gardé l’attrait pour l’histoire. Comme je suis passionné par tout ce qui concerne le cinéma, comme les making-of, et que je fais de la vidéo depuis trois ans, on a décidé de faire un court-métrage, pour le fun au début ». Petit à petit, l’aventure prend de l’ampleur. « En fait tout est parti d’un échange de SMS. Grégory avait trouvé l’endroit à louer, on a commencé à écrire l’histoire, on l’a améliorée et le projet est devenu plus important. ». En tout, quatre acteurs et quatorze figurants participent au projet. « On a fait appel à deux groupes de reconstitutions : les Duty First et les Varans. Grâce à eux, on a pu bénéficier du matériel nécessaire. On voulait coller le plus possible à la réalité. C’est d’ailleurs pour cela que le film a été tourné en anglais et en allemand. »

Le moins que l’on puisse dire, c’est que le duo a réussi son pari : tourner en novembre à Recogne (Bastogne), « A Day into the Bulge » n’a rien à envier à ses illustres prédécesseurs comme « La Bataille des Ardennes », et ce malgré un budget limité (2.000 euros !). Explosions, suspens, émotion des protagonistes… tout y est. Le tout, en tournant sur les lieux même de la bataille. « Il y avait d’ailleurs encore des trous provoqués par des obus à certains endroits », détaille John Somers. Le film est déjà visible sur Internet avant, qui sait, une participation à certains festivals. « On le lance sur Internet pour avoir un premier feedback et éventuellement modifier quelques petites choses », précise l’un des deux réalisateurs.

Vous pouvez découvrir le court-métrage et en savoir plus sur le projet en cliquant ici