Les seniors sont de plus en plus touchés par les MST

Des campagnes de prévention sur les maladies sexuellement transmissibles, il en existe à la pelle. Mais si l’on fait un peu attention, ces dernières visent bien souvent les jeunes. Et pourtant, les plus de 50 ans sont également touchés par le phénomène. Le nombre de personnes infectées est même en perpétuelle augmentation depuis 2002.

Prenons, par exemple, le cas du sida. Selon un rapport publié par l’Institut de la Santé Publique, 97 personnes âgées de plus de 50 ans étaient atteintes du virus en 2002 alors que ce chiffre augmente à 173 en 2011. Soit près du double.

Pour le dire en d’autres termes, en 2006, 20 % de la population atteint du VIH était âgée de plus de 50 ans alors qu’en 2011, cette même population représentait 26 % de l’ensemble des patients.

Et il en va de même pour le chlamydia, la gonorrhée ou encore la syphilis.

Plusieurs pistes d’explication

Pour expliquer ce phénomène, plusieurs pistes. « Il y a tout d’abord le vieillissement de la population », nous explique Thierry Martin, directeur de la plate-forme Prévention Sida. « Aujourd’hui, on vit plus longtemps et en meilleure santé. Avoir une vie sexuelle à 65 ans est donc devenu quelque chose de tout à fait normal ».

Et parallèlement à cela, alors que les personnes âgées ont d’avantage d’activités sexuelles, elles se disent que le sida est une maladie pour jeune et ne se sentent donc pas concernés par la séropositivité. « Ces mêmes personnes ne se sentent pas concernées par les campagnes de prévention », ajoute notre interlocuteur. « Et en général, c’est vrai qu’il y a beaucoup plus d’actions faites auprès des jeunes ».

Et pourtant, le risque de contracter le virus est plus important après 60 ans tout simplement parce que l’immunité baisse chez les personnes âgées. « Il est donc vraiment important de travailler avec ce type de public », explique le directeur. « Même s’ils sont plus difficiles à toucher que les jeunes ».

En Angleterre, un autre type d’explication

Chez nos voisins anglais, même type de constatation. The Independant rapporte une hausse de 7 % des cas MST hors chlamydia parmi les plus de 65 ans puisque l’on comptait 1.281 personnes infectées en 2011 contre 1.374 en 2012.

Mais ici, c’est une toute autre explication que l’on donne à cette augmentation. Et cette dernière est pour le moins insolite puisque la doctoresse Charlotte Jones, membre de l’association des médecins britanniques, l’associe à la parution du livre « Cinquante nuances de Grey ». Selon elle, le roman encouragerait les plus de 65 ans à être plus aventureux dans leurs pratiques sexuelles, précisant que les séniors ne pensaient pas forcément à utiliser le préservatif.

Une explication qui ne sera pas partagée par notre interlocuteur, Thierry Martin. « Je n’ai pas l’impression qu’une personne âgée ait besoin d’un livre pour avoir une vie sexuelle », s’explique-t-il. « La sexualité chez les seniors est une réalité et n’a rien à voir avec la parution d’un livre ».