Mons: envoyé nu au cachot pour 0,35mg d’alcool dans le sang

Un contrôle de police effectué un petit matin de novembre, a-t-il tourné à l’abus de pouvoir à Mons? Toujours est-il que Y, citoyen de Seneffe, 22 ans, est prévenu de rébellion et outrage envers trois policiers… et qu’à la base d’un contrôle alcoolémie (où il n’affichait au final que 0,35 mg par litre de sang), il s’est retrouvé nu au cachot pendant dix heures. À en croire l’avocate, Me Vanardois, les images filmées de la cellule, demandées par le parquet deux jours après les faits, ont été effacées sans avoir été visionnées, 10 jours plus tard!

Que s’est-il passé dans l’enceinte du commissariat? «Une policière s’est énervée», explique le jeune prévenu, qui dit avoir reçu des coups des policiers, avoir été fouillé au corps, déshabillé, mis au cachot… Mais voilà: comme le plaide Me Saintenois, qui représente les policiers portés parties civiles, «pour maîtriser Y. qui disait avoir de la cocaïne dans le slip, il a fallu effectuer une fouille de sécurité. Comme il se rebellait, il a fallu le plaquer contre le mur, puis au sol, sur le dos, où il a été maîtrisé par une manœuvre d’étranglement enseignée à l’académie de police. Puis, Y. a été mis en cellule, où il a subi une fouille plus approfondie.»

Entièrement nu en cellule, suite à un éthylotest de 0,35. Le tribunal devra bien faire la lumière, afin de savoir si les policiers ont ou non, abusé de leur pouvoir.

Découvrez l’intégralité de cet article dans votre journal La province de ce vendredi 13 juin ou consultez notre édition en PDF, téléchargeable en cliquant ici.