La Suisse veut établir des contingents d’immigration

La Suisse, qui a décidé le 9 février dernier par référendum de mettre fin « l’immigration massive », a dévoilé ce vendredi les grandes lignes de sa future nouvelle politique dans ce domaine, avec l’établissement de contingents pour les courts séjours des étrangers, pour les frontaliers, et aussi pour ceux qui veulent s’installer dans le pays. Ces dispositions ont été annoncées par Mme Simonetta Sommaruga, ministre suisse en charge du dossier, au nom du gouvernement, et ont pour objectif la mise en œuvre du référendum du 9 février, une obligation selon le système de démocratie directe suisse, car c’est une décision du peuple, et le peuple est souverain. Actuellement, il n’y a aucun quota pour les frontaliers, qui peuvent actuellement travailler en Suisse pour autant qu’ils décrochent un contrat d’embauche, ni pour les travailleurs saisonniers. En outre, Berne a indiqué vendredi que les cantons pourront prendre des mesures supplémentaires, pour protéger leur propre marché du travail, et la préférence nationale sera toujours prise en considération. Le gouvernement va aussi demander une adaptation de l’accord de libre-échange avec l’UE, pour tenir compte de cette nouvelle politique en matière d’immigration. Un clash est en vue avec Bruxelles, qui a déjà indiqué que cet accord n’était pas négociable, car les quotas et les priorités nationales vont à l’encontre des traités avec l’UE, notamment à l’encontre du principe de la libre circulation.