La mort lente du secteur de l’imprimerie à Tournai

Après 40 emplois détruits en 2012 et 2013, neuf licenciements en janvier de cette année, et encore 33 cette semaine, il ne restera plus que 57 travailleurs chez Casterman à Froyennes qui employait encore 160 personnes en 2005.

Et l’autre gros imprimeur tournaisien, Lesaffre, ne va pas beaucoup mieux : « Récemment, Lesaffre a licencié quelques personnes, et l’entreprise est aussi, comme Casterman, sous une loi de continuation qui permet de suspendre certaines dettes », explique le permanent Setca, Natalino Zidda.

De fait, ces entreprises opèrent actuellement un repli stratégique sur leurs activités non déficitaires, ce qui passe par des licenciements dans ces branches.

« Ce secteur de l’impression n’est plus vraiment attractif pour les financiers qui veulent du bénéfice, et les banques ne prêtent pas d’argent pour investir. Pourtant, chez Casterman, les machines sont anciennes et il faudrait investir pour gagner en compétitivité. Le problème est que Casterman n’a pas senti l’évolution du secteur, notamment vers les supports numériques. Aujourd’hui, l’incertitude sur l’avenir bloque encore plus l’investissement », analyse Natalino Zidda.

Pour survivre, Casterman comme Lesaffre doivent rebondir. Mais la crise du secteur est bien là. On apprend, par exemple, que le catalogue des 3 Suisses ne sera plus en version papier, et de plus en plus, la communication se fait via le net, un support sur lequel Casterman n’est pas encore présent.