Célébrations du centenaire de la 1re guerre mondiale: faut-il cacher les mendiants du centre-ville liégeois le 4 août?

Le Centenaire du début de la 1re guerre mondiale, c’est pour ce lundi. Et sur les réseaux sociaux, la polémique concernant la laide façade de la basilique de Cointe, qui jouxte le monument interalliés, a déjà fait place à une autre: les mendiants!

Question: «Doit-on chasser les mendiants du Centre-Ville lorsque la délégation composée d’une vingtaine de chefs d’État et de gouvernement reviendra au Palais provincial le lundi midi?»

Madeleine, une Liégeois, explique: «Ce dimanche, je me suis fait accoster par six mendiants en allant des Chiroux jusqu’à la place Cathédrale. J’ai honte à ma ville!»

Et une autre de rétorquer de suite: «D’ici lundi, M. Demeyer aura nettoyé la ville à la manière brésilienne…»

Le ton est donné et c’est parti pour une discussion sur l’opportunité de cacher au monde «cette misère qu’il ne saurait voir…»

Du côté de la police, on affirme qu’on ne changera pas le règlement pour un seul jour. Mais ce règlement, justement, que dit-il?

"Le lundi, la mendicité est autorisée au Centre et dans le quartier du Longdoz. Mais sous certaines conditions.

Et ces conditions sont:

–uniquement de 8 à 17 heures

– pas plus de deux mendiants au même endroit en même temps,

– pas plus de quatre mendiants sur une même artère ou sur une même place,

– pas d’entrave à l’accès des bâtiments publics et privés,

– pas dans les carrefours,

– pas avec un mineur d’âge,

– pas avec un animal agressif,

– pas de manière active en tendant la main ou la sébile ou en barrant le passage.

Découvrez l’article au complet dans notre édition numérique.