Centenaire de la Première Guerre mondiale: pendant son discours, Elio Di Rupo se trompe de ville et parle de… Mons! (vidéo)

En début de discours, Elio Di Rupo a ainsi introduit les représentants étrangers présents à Cointe pour les commémorations du centenaire de la Premier Guerre mondiale mais le premier ministre en affaires courantes s’est emballé les pinceaux au moment d’évoquer le lieu de mémoire : « Votre présence, ici à Mons… », a-t-il lancé. Alors que la première cérémonie se déroule bien à Liège ! Pourtant, dans le discours écrit et distribué, il était bien écrit… Liège.

Il s’est heureusement repris par la suite. « Permettez-moi de rendre un hommage particulier aux soldats belges », a-t-il affirmé devant un parterre de représentants rassemblés au mémorial interallié de Cointe, symbole de la reconnaissance des alliés à la ville de Liège pour sa résistance en août 1914.

« Leur extraordinaire résistance, aux premiers jours de la guerre, constitue un fait historique majeur », a souligné M. Di Rupo, rappelant qu’elle a « offert à nos voisins et alliés (en particulier la France et la Grande-Bretagne, ndlr) davantage de temps pour s’organiser et se défendre ».

« Ce fut la toute première étape sur le long, le très long chemin vers la liberté », a ajouté le chef du gouvernement fédéral.

M. Di Rupo a aussi rendu un « hommage appuyé » aux milliers de victimes civiles belges, massacrées en ce funeste mois d’août 1914 par l’envahisseur.

« De nombreux villages et villes de notre pays en portent encore les stigmates », a-t-il dit.

Il a appelé au respect de l’autre et à la tolérance, sans lesquels « il n’y a pas de paix possible ».

« Nous devons faire en sorte que chacun apprenne, dès le plus jeune âge, à accepter la différence et le dialogue. Nous devons aussi nous montrer intransigeants par rapport à toutes les formes de racisme, de xénophobie et d’antisémitisme », a fait valoir M. Di Rupo.