Aide humanitaire, puis peut-être livraison d’armes: la Belgique va envoyer des avions en Irak

À la Défense, on est prêt à déployer très rapidement deux ou trois avions C-130, si la demande est formulée de les envoyer vers l’Irak. Notre pays a débloqué une aide de deux millions d’euros au nom de la coopération, comme le rappelle le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders. La Belgique se met donc à la disposition de la Commission européenne qui peut nous demander d’acheminer du matériel sur place.

Mais avant ça, nos avions peuvent très rapidement partir avec du matériel récolté par des ONG, dans le cadre de nos relations avec le gouvernement irakien. Cette aide peut partir très vite. Les Allemands viennent d’envoyer de l’aide humanitaire, les Britanniques envoient des munitions, les Français vont envoyer des armes.

Les Belges pourraient très bien eux aussi être amenés à livrer des armes en Irak. Plus précisément aux combattants kurdes qui luttent contre l’avancée des islamistes, voire à l’armée irakienne elle-même.

Là, ce sont d’autres problèmes qui se posent. Si les islamistes sont équipés d’armes américaines modernes, prises à l’armée régulière irakienne, les Kurdes se battent avec des armes… soviétiques datant de la guerre Iran-Irak (1980-1988).

Des armes pour lesquelles il faut des munitions spécifiques (les normes ne sont pas les mêmes entre ces armes et celles des pays de l’Otan). Nous n’en possédons pas mais nous pourrions en acheminer pour le compte d’autres pays. Nous pourrions aussi acheminer des armes (que nous n’avons pas non plus chez nous) pour les combattants kurdes.

À noter que ces transferts sont particuliers puisqu’il faut signaler à tous les pays survolés la nature du chargement, comme nous la expliqué une source à la Défense. Et cela en cas d’accident de l’avion.

Prolongez l’info dans le journal papier de ce dimanche 17 août ou à consulter via nos supports numériques.