Sepp Blatter, président de la FIFA: "Il ne manque plus que l’expérience aux Diables rouges"

Monsieur Blatter, qu’avez-vous pensé de la prestation de la Belgique à la Coupe du Monde ?

« L’équipe belge nous manquait depuis tout ce temps. Elle avait quand même disputé la demi-finale en 1986 avant de progressivement disparaître. Vous avez dû reconstruire. En ce sens, échouer en quart de finale doit être considéré comme une réussite. Vous n’avez pas loupé votre Coupe du Monde ! Je regrette juste que votre entraîneur n’ait pas joué l’attaque d’emblée face à l’Argentine. Pourquoi attendre le dernier moment ? L’Italie est tombée dans le même piège. Il ne vous manque plus que l’expérience, car le beau football vous l’avez. Si vous continuez comme ça, vous serez une des équipes à battre, si pas l’équipe à battre, lors du prochain Euro. »

Diriger la FIFA ne doit pas être de tout repos…

« Encore hier, une journaliste me demandait de me prononcer sur les problèmes qui existent au sein de la FIFA. Je lui ai répondu que déjà au sein de sa propre famille, il est impossible de tout gérer. La FIFA a tenu le Monde en haleine pendant la Coupe du Monde. Mais, dès que le tournoi s’est terminé, les guerres ont repris et les gens sont redevenus fous aux quatre coins de la planète. Le football peut divertir les gens, mais il ne peut malheureusement pas changer le Monde. »

Préférez-vous être à la campagne comme aujourd’hui ou en campagne ?

« Cela fait 39 ans que je suis en campagne. Le développement, vous ne pouvez pas l’arrêter. On parle déjà des prochaines élections à la tête de la FIFA. Cinq ou six confédérations m’ont déjà demandé de rester. Ma mission n’est pas finie. Si le bon Dieu me donne la santé, alors je continuerai. »

> L’interview complète du président de la FIFA Sepp Blatter dans nos éditions sportives de ce lundi.