Huy: l’église Saint-Pierre vandalisée une nouvelle fois

« Ce ne sont pas des dégâts énormes, soupire l’abbé Teheux, mais ils sont récurrents et embêtants. Les vitraux, par exemple, sont très difficiles à remplacer. Ce ne sont pas des vitres ordinaires. Ces petits vitraux de couleur ont été réalisés entre la première et la seconde guerre mondiale. Ils sont de couleurs particulières, pour retrouver une teinte identique, ce n’est pas facile. Quant au tronc, nous l’avions sécurisé au maximum. Pour l’ouvrir, les voleurs ont dû amener une disqueuse sur place ».

L’église Saint-Pierre est régulièrement la cible de visiteurs très peu soucieux du caractère sacré de l’édifice. « Certains font commerce de drogue sous le porche, affirme l’abbé, on en retrouve de temps en temps des preuves ». Encore plus choquant : certaines personnes se soulagent dans l’église. Des matières fécales ont été retrouvées dans les recoins de l’édifice, le confessionnal et même sur l’autel ! L l’abbé Teheux veut pourtant continuer à l’ouvrir au public. « À chaque fois que nous avons des vols ou du vandalisme, le même débat revient sur le tapis : faut-il laisser l’église ouverte ? Pour moi, c’est une nécessité. Une église est là pour accueillir tout le monde, même si cela pose des problèmes de sécurité.

Évidemment, nous tentons de mettre en place des solutions. Nous avons pensé placer des caméras de surveillance, mais le problème, c’est qu’il faut quelqu’un pour visionner les images.

Nous pourrions aussi renforcer la présence dans l’église, mais ce n’est pas évident d’avoir quelqu’un de présent tout le temps. Et même, pour une seule personne, tout surveiller n’est pas évident.

À Saint-Denis, un vol d’œuvre d’art s’est déroulé alors qu’il y avait plein de monde dans l’église ».

A.BT