L’attaque de Mehdi Nemmouche a failli être plus meurtrière: son arme s’est enrayée (vidéo)

Au Musée juif de Bruxelles, on se prépare à la réouverture des lieux au grand public dès dimanche prochain. Pas question de laisser gagner les antisémites en condamnant définitivement les lieux, estime le secrétaire général du Musée qui, ce mardi, n’a pas hésité à utiliser des mots forts pour exprimer cette démarche : «  Il ne faut pas laisser le champ libre aux -j’ose le mot- salopards. On a essayé de nous faire taire. La réouverture prouve que cet objectif n’est pas atteint », a ainsi déclaré Norbert Cigé. « Nous continuons notre œuvre pédagogique. Dans ce monde de brutes, c’est nécessaire », a-t-il ajouté.

Le président du Musée, Philippe Blondin, a précisé pour sa part, que Mehdi Nemmouche ne souhaitait pas participer à la reconstitution du drame qui, pour rappel, a fait quatre morts, le 24 mai dernier. Une reconstitution dont la date n’a toujours pas été fixée.

Mais on en sait désormais plus sur le déroulement précis des faits ce jour-là. On apprend ainsi que l’arme utilisée par le tueur antisémite s’est enrayée. Raison pour laquelle, on le voit sur les images des caméras de surveillance, brandir une autre arme, une kalachnikov cette fois, et poursuivre son acte meurtrier.

> Plus de détails sur cette reconstitution à lire dans nos éditions papiers et numériques de ce mercredi.