Ce n’était pas un enlèvement à Waterloo: à 12 ans, elle fugue et va dans un bar en fin de nuit

Les parents se sont rendu compte de la disparition de leur fille à 7 heures 30 le 17 septembre, ils ont directement appelé la police. La mineure est rentrée à 8h15 alors que les forces de l’ordre se rendaient au domicile familial. «  Elle a expliqué qu’elle serait sortie par la fenêtre vers 05 heures du matin pour fumer. Devant la maison, elle aurait remarqué une voiture qu’elle ne peut décrire, dans laquelle se trouvait une connaissance. En approchant du véhicule, elle constate qu’il ne s’agit pas de cette connaissance mais d’un inconnu. Elle monte néanmoins dans le véhicule de cet inconnu qui la dépose dans le centre de Waterloo », précise Eric Janssens, substitut du procureur du Roi. La jeune fille a alors continué sa soirée, elle a expliqué qu’elle s’est rendue au café pour boire un verre et fumer avec des jeunes. Ensuite, elle s’est rendue aux toilettes sans surveiller son verre. « À partir de là, elle a dit ne plus se souvenir de rien, dans un premier temps », précise le substitut du procureur. Il rajoute, « les détails complémentaires évoqués ensuite n’ont pu être recoupés par les vérifications et recherches pourtant systématiques et approfondies. Une mini instruction a été requise ainsi que diverses auditions vidéofilmées…  » Ce dernier tient d’ailleurs à rappeler qu’il est extrêmement important de dénoncer ce genre de faits immédiatement pour que l’enquête ait un maximum de chances d’aboutir. Il revient ensuite sur les informations qui ont transité durant la journée de mardi, «  en tout, trois dossiers mœurs actuellement ouverts suite à des faits survenus ces trois dernières semaines à Waterloo. L’enquête a été menée par le Service Local de Recherches jeunesse de la police de Waterloo. Les circonstances de ces faits sont totalement différentes lors des différents faits : aucun amalgame à faire, donc ! Aucune bande de violeurs n’est à signaler, contrairement à la rumeur. »

Au sujet de ces deux autres faits qui se sont récemment déroulés, le premier concerne une tentative d’enlèvement qui s’est déroulée dans une camionnette devant une école. Les deux hommes ont été dénoncés après deux semaines de silence complet et ils refusent de parler aux policiers. Des vérifications sont en cours malgré tout. Alors que le second fait s’est déroulé dans la soirée vendredi soir pour deux autres filles de 16 et 17 ans. Quatre hommes qu’elles avaient rencontrés dans un bar leur ont offert des verres et les ont ramenés au domicile non identifié de l’un d’eux. Les deux jeunes filles ont été violées. Et les faits ont été dénoncés après cinq jours et la mise au courant des parents. Les victimes doivent être entendues de manière approfondie par les enquêteurs.

R.DH.