Exclusif: les mails sulfureux sur "la fin du pays", de Theo Francken, secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, incitent le cdH à réclamer sa démission

La polémique sur le secrétaire d’Etat N-VA à l’Asile, Theo Francken, ne s’arrête pas à sa participation à l’anniversaire d’un ancien sympathisant nazi. Deux mails sulfureux nous sont parvenus, ce mardi. Ils datent de juillet 2007 et juin 2008. M. Francken s’y présente comme " leader de la VNV", qui semble être un groupuscule interne secret à la N-VA. Francken lui-même, dans un des mails, définit ce groupe comme un " gang du gros" (traduisez: un groupe d’amis de Bart De Wever) qui a pris le nom du VNV de sinistre mémoire pour sa collaboration avec l’occupant nazi.

Dans ces courriels, M. Francken appelle à se réunir début juillet 2008 " pour signer les grandes lignes de la gestion (et notamment de la fin) de notre pays". Il précise: " Merci de réserver à cette réunion la plus grande discrétion. Surtout pour les nouveaux arrivants". Et d’avertir sèchement: " Dénonciation = une balle ou une nuit avec Christian Dutoit", un homosexuel flamand notoire.

Dans un second mail, il est tout aussi menaçant. " Compte tenu que ces derniers jours des révélations dégoûtantes ont été faites, je voudrais une fois de plus faire un rappel brutal de deux règles de notre association (Mettez-les vous dans les oreilles svp!!!!). Règle nº1: nous ne parlons pas de la VNV. Règle nº2: nous gardons le silence sur tout ce qui se passe lors des réunions de la VNV. Je préfère ne pas le répéter une nouvelle fois."

Contacté par nos soins à ce sujet, Theo Francken nous a répondu en fin de journée, confirmant l’authenticité des documents. " Il s’agit de mails entre collègues qui organisaient un drink", minimise-t-il. " Notre groupe s’appelait Vlaamse Nationale Vriendenkring. L’utilisation de l’acronyme VNV pour nommer ce groupe était de très mauvais goût. Les mails étaient écrits sur un ton ironique."

Sur la "fin du pays", par contre, pas un seul mot de justification…

Ce mercredi matin, le cdH réagit en réclamant la démission de Théo Francken, après les demandes du PS, ce mardi.

> Quatre pages spéciales sur la crise dans le gouvernement Michel 1er et les frasques des élus de la N-VA, à lire dans nos éditions papiers et numériques de ce mercredi.