Parking sous la place du Jeu de Balle: un appel lancé à Spielberg et au prince Laurent

Il y a trois semaines, l’échevine de la Mobilité de la Ville de Bruxelles Els Ampe (VLD) annonçait un grand plan de mobilité et la création de quatre parkings dont un sous la place du Jeu de Balle au cœur des Marolles. Un projet qui est loin de faire l’unanimité puisqu’il faudra déplacer le marché aux puces plus que centenaire. Après des actions de protestation tous azimuts, les habitants, commerçants et marchands se sont rassemblés sous le nom de Plateforme Marolles et ont lancé une pétition qui a récolté plus de 13.000 signatures en une semaine.

« Nous sommes déterminés. Ce quartier a une âme unique avec une mixité sociale. Si on le bétonne, c’est la mort de la place », commente Gwen, un habitant.

Pour les soutenir, le collectif a fait déjà appel à de nombreux artistes du milieu culturel bruxellois. Mais pas seulement. « Nous avons même contacté Steven Spielberg. On verra bien s’il va répondre. Pour le moment, nous lui avons envoyé plusieurs mails », commente Sophie, la patronne du bar Chaff.

Si le célèbre réalisateur américain Steven Spielberg a été contacté, c’est parce que la place du Jeu de Balle et son marché aux puces ont servi de décor de la première scène de son film « Les aventures de Tintin. Le secret de la Licorne », sorti en 2011. La Plateforme espère que le cinéaste sera sensible au combat des riverains.

Une autre personnalité pourrait être approchée. Il s’agit du prince Laurent. Pour rappel, ce dernier a ouvert le dispensaire de sa fondation sur cette même place. De plus, il est très attaché au quartier des Marolles où il festoie régulièrement lors de la Fête nationale. « On pourrait le solliciter. Mais en dernier recours. De toute façon, tous ceux qui souhaitent nous soutenir sont les bienvenus. Dans un premier temps, nous menons notre action à court terme afin d’avoir une influence sur le conseil communal de ce lundi. Après, nous verrons ce que nous devrons entreprendre », explique Babou qui est marchande depuis 1978.

« Bien entendu qu’il devrait nous soutenir. Et je pense que le prince Laurent va nous aider. On se souvient que pour son mariage, il était venu ici », ajoute Monique, marchande depuis 37 ans.

Plus d'infos dans La Capitale de ce lundi