Circulation fluide, piquets sans incident: la grève à Bruxelles et dans le Brabant n’a pas été le chaos annoncé

Les trois sociétés régionales de transports en commun, De Lijn, TEC et STIB, ont connu d’importantes perturbations sur leur réseau. Aucun véhicule de la STIB ne roulait à Bruxelles alors que les bus étaient quasiment inexistants dans les deux Brabants. Sur le rail, la circulation était également à l’arrêt dans les zones concernées, avec des conséquences dans les autres provinces.

Les navetteurs ne semblaient toutefois pas nombreux sur les routes, le nombre de bouchons cumulés restant raisonnable pour un lundi matin. Seuls quelques points d’accès à la capitale avaient été pris pour cible par les syndicats, notamment le viaduc Hermann-Debroux à Auderghem ainsi que les boulevards de l’Industrie et Paepsem à Anderlecht.

Zaventem : la moitié des vols annulés mais pas de voyageurs coincés

À Brussels Airport, la situation était moins chaotique que prévu. Près de la moitié des vols programmés lundi ont certes été annulés, mais peu de voyageurs se retrouvaient coincés à Zaventem en raison notamment des différentes mesures prises par les compagnies aériennes.

L’aile provinciale de l’organisation patronale flamande Voka a toutefois mis en garde contre ces actions, spécialement celle menée à l’aéroport. « Bloquer un aéroport durant 24 heures coûte 93 millions d’euros. À cela, s’ajoutent les frais qu’ont à prévoir les sociétés aéroportuaires et les compagnies aériennes pour dévier les vols, stocker les marchandises, payer les amendes pour retard de livraisons… », commente le Voka. Selon son directeur, Paul Hegge, de telles actions peuvent mettre à mal la possibilité de créer 10.000 emplois supplémentaires sur le site de Brussels Airport d’ici 2025.

Pas d’entrave aux travailleurs

À la poste, le courrier était distribué dans la plupart des zones mais à peine la moitié des bureaux de poste étaient ouverts à Bruxelles.

Dans les entreprises, la situation était contrastée entre un Brabant wallon où de nombreux zonings industriels ont été bloqués et un Brabant flamand où les syndicalistes se contentaient de piquets de grève aux abords d’entreprises sans entraver la liberté de travailler.

La CSC s’est félicitée d’une « mobilisation interprofessionnelle largement suivie ». Elle a épinglé « le calme et la détermination » des travailleurs.