Une première demande pour faire interdire la venue de Zemmour à Bruxelles

Eric Zemmour est l’invité d’un déjeuner littéraire le 6 janvier prochain à 12H30 au Cercle de Lorraine. Il doit ensuite présenter son livre «Le Suicide français» à la librairie Filigranes. La séance de dédicaces est prévue entre 16H00 et 17H30. A 18H30, il est attendu au B19 country club à Uccle pour un débat.

Zoubida Jellab introduira la question au prochain conseil communal en fonction de la suite accordée à cette demande. Elle s’appuie sur la proximité des considérations d’Eric Zemmour sur la population immigrée en France avec les thèses du Front National, les condamnations pour incitation à la haine dont il a fait l’objet, ses propos sur la période du nazisme et son interview d’octobre dernier au journal italien le Corriere della Sera qui lui a valu son licenciement de I-Télé.

Elle rappelle qu’en mai 2012, le bourgmestre Freddy Thielemans avait interdit le spectacle de Dieudonné et avait déposé plainte pour «propos xénophobes et incitation à la haine raciale». Elle souligne également l’interdiction en novembre dernier du Koweitien Tareq Al Suwaidan à la Foire Musulmane. Elle estime qu’il est primordial d’interdire la diffusion de propos xénophobes à l’heure où certaines positions affichées de hauts représentants de l’Etat ont heurté l’opinion publique.

Yvan Mayeur attend d’avoir confirmation de sa venue. Le cas échéant, il décidera de prendre un arrêté en fonction des diverses réactions : «Pour moi, ce personnage n’est évidemment pas le bienvenu à Bruxelles. Notre ville est cosmopolite, antiraciste et tolérante».

Le directeur de Filigranes Charles Cachelou explique qu’aucune décision pour maintenir ou annuler l’invitation n’a encore été prise et que la question est soumise à discussion. «Au niveau personnel et éthique, je ne suis pas partisan d’Eric Zemmour. Cet article - même si ces propos ont par la suite été accentués et montés en épingle - nous a fait réfléchir. Il est invité pour présenter son livre, non pour faire un débat d’idées. Ce n’est pas notre philosophie que de jouer les censeurs. On se conformera aux éventuelles interdictions».

Plus d’informations dans La Capitale de demain.