Dour: trois ans après l’action des «patatistes» à Wetteren, Marie est acquittée

Cette fois, ça y est. Les « patatistes » en ont fini de la procédure judiciaire entamée il y a maintenant plus de trois ans. «Nous ne sommes plus accusés de faire partie d’une bande de malfaiteurs. C’était notre but», nous a confié ce mardi Marie Smekens, ingénieur agronome de Dour.

Cet arrêt intervient un peu moins d’un mois après l’audience qui s’est déroulée le 28 octobre dernier, à Gand. Le juge avait accepté pour la première fois que soient montrées les images de la fameuse action du 29 mai 2011. Une action durant laquelle une centaine d’activistes s’étaient mobilisés pour arracher des pommes de terre OGM et les remplacer par des pommes de terre biologiques.

Pour rappel, la cour d’appel de Gand avait décidé de reporter l’affaire au 28 octobre et ce après le dépôt de nouvelles conclusions par la défense. Lors de la dernière audience, le ministère public avait demandé la confirmation du premier jugement. L’avocat des patatistes avait quant à lui plaidé l’acquittement.

Pour Marie et les autres activistes, l’annonce de ce mardi 23 décembre est le résultat d’un long combat. Le mardi 24 septembre, le tribunal de Termonde avait condamné les 11 militants pour «association de malfaiteurs, rébellion et destruction de biens», avec des peines allant de 3 à 6 mois avec sursis, des amendes ainsi que des dommages et intérêts de 25.000 euros. Marie Smekens faisait partie des 11 inculpés.

Condamnée en janvier dernier à six mois de prison ferme, elle avait fait opposition, ce qui avait conduit à l’abandon des peines de prison ferme. Pour la plupart, ces peines avaient été converties en peines symboliques de trois mois de prison avec sursis. Malgré cette décision favorable, Marie avait tout de même pris la décision, comme les autres, de se rendre devant la cour d’appel et ce afin de démontrer que leur action n’était pas coupable.

Marie espérait que cette nouvelle étape du procès puisse permettre de mettre en lumière le mouvement des « patatistes ». Aujourd’hui, elle est donc satisfaite.