Alerte à la bombe rue Royale à Bruxelles: "Ça va péter dans votre rédaction" (photos)

Les bureaux du journal «Le Soir» et de « La Capitale » (Sudpresse), rue Royale à Bruxelles, ont été évacués dimanche après-midi après une alerte à la bombe.

Un homme a téléphoné vers 14h30 à la rédaction centrale du Soir, annonçant: «Ca va péter dans votre rédaction. Vous ne nous prenez pas au sérieux».

Face à cette menace, le bâtiment, situé 100 rue Royale, à deux pas du Parlement fédéral, a été complètement évacué.

Celui-ci abrite à la fois la rédaction du «Soir», mais aussi de «La Capitale» (Sud Presse) et du «Soir Mag».

La rue Royale a, elle, immédiatement été coupée à la circulation par les services de police.

L’alerte a été levée en début de soirée sans qu’aucun explosif n’ait été découvert dans les locaux.

Selon «Le Soir», les menaces téléphoniques ont été proférées par un individu se présentant comme Thierry Carreyn, un ex-imprimeur de 53 ans déjà connu de la justice pour le dépôt d’une bombe en 1999 devant les locaux du Vlaams Blok (aujourd’hui Vlaams Belang).

Dans son coup de fil, l’homme, se réclamant de «l’extrême gauche», a dit vouloir arrêter la couverture médiatique de l’attentat contre Charlie Hebdo, qui, selon lui, nourrirait l’"extrême droite».

Cette alerte à la bombe est survenue alors que 20.000 personnes participaient dans les rues de Bruxelles à une «marche citoyenne contre la haine et pour la liberté d’expression», organisée après les attaques sanglantes cette semaine à Paris (France).

Elle intervient également dans la foulée d’une attaque au cocktail molotov, dimanche matin, contre un quotidien allemand de Hambourg qui avait publié la semaine dernière des caricatures de Mahomet provenant de Charlie Hebdo. Cette attaque n’a pas fait de victimes.