Waremme et Hannut: les magasins «Autre chose» versent les bénéfices des ventes des livres de Cabu-Wolinski-Charb à Charlie Hebdo

«  Ce qui me dérangeait dans cette histoire, confesse-il, c’était de profiter d’une situation. Je n’avais pas envie de passer pour un rapace ou un voleur qui abuse du drame. »

Après une nuit de réflexion et des heures de discussion avec son épouse, il a finalement pris la décision d’offrir l’intégralité des bénéfices de la vente des livres à Charlie Hebdo. Le message a été posté sur sa page Facebook. « Oh, je ne dis pas qu’il y aura 1.000 euros. Les commandes ne sont pas énormes non plus. Mais ce que je voulais surtout, c’est pouvoir encore me regarder dans un miroir. »

Comme tout le monde, Diego Dumont a été ébranlé par les événements horribles de Paris. « Je n’étais pas vraiment fan de Charlie Hebdo. Mais je dois reconnaître que c’était des gens qui se battaient pour quelque chose. Et c’est par rapport à cette liberté d’expression que cela me pose problème ».

À Hannut comme à Waremme, les commandes ont surtout été passées par des clients de la génération de Cabu et Wolinski « qui ont envie aujourd’hui de les faire découvrir à leurs enfants », conclut ce commerçant profondément humain et juste.