Herstal, Loncin et Waremme: Opel Lequet et Herkenne en faillite, 46 emplois perdus

« Qui pense Opel, pense Lequet et Herkenne », voilà un slogan que les supporters du Standard et de Liège ont entendu durant des années au stade. Eh bien, c’en est malheureusement fini. Ses deux patrons, Gregory Lequet et Gilbert Bertrand, petits-fils des deux fondateurs, ont dû la mort dans l’âme faire aveu de faillite ce vendredi devant le tribunal de commerce de Liège.

« Nos grands-pères avaient commencé la société en 1964, explique Grégory Havard. Moi-même, j’y travaillais depuis 30 ans, et Gilbert depuis 35 ans ! On a tout fait pour s’en sortir mais la pression était devenue trop forte, celle des importateurs et celle des banques. Et il a bien fallu se résoudre vendredi à faire aveu de faillite. »

En plein Salon de l’Auto de Bruxelles. Un comble !

Le berceau de la société se situait toujours sur le boulevard Zénobe Gramme, à Herstal. Mais Lequet & Herkenne possédait également une carrosserie à deux pas, et deux succursales à Loncin et à Waremme.

Comme beaucoup d’autres sociétés dans le monde, les difficultés financières remontent à la crise économique de 2008, durant laquelle le secteur automobile fut touché de plein fouet. Mais pas seulement !

« À cette raison internationale est venue se greffer en Belgique, à la fin 2011, la suppression des primes de la Région wallonne pour l’achat d’un véhicule écologique, reprend Gregory Havard. Et on en vendait beaucoup… »

Et enfin, last but not least, la marque Opel n’est plus très à la mode ces dernières années. « En cinq ans, elle est passée de 11,5 % du marché belge à 6,35 % en 2014. Cela correspond à notre chute des ventes annuelles. Elles sont elles aussi passées de 1.000 à 500. »

Plus d’informations à ce sujet dans La Meuse édition Liège de ce mardi, ainsi que dans nos éditions numériques, sur http://num.sudinfo.be